•  

        Bienvenue sur Apocalypsis, ici nous évoquerons certaines révélations concernant notre nature profonde, induites par cette époque de transitions si particulière qu'est la nôtre. Librement et sans tabou, nous nous pencherons donc d'une façon personnelle et intime sur l'éveil d'une conscience spirituelle souveraine, sur ce que nous sommes au-delà de toute apparence, sur nos capacités humaines et divines, sur certaines pratiques, outils évolutifs, vérités relatives et absolues...

       Mon intention, mon plaisir est d'apporter ici de l'eau d'éveil au moulin de la conscience en flot continu, au fil des semaines. Il s'agit d'un partage avec vous  (en cliquant sur 'votre commentaire' en bas de chaque page d'article) bien plus que d'alerter sur les dangers qui nous guettent. Je laisse ce soin à ceux qui traquent l'information (fiable !) et la communiquent. En réalité, c'est un rappel d'une connaissance universelle libératoire lovée au fond de chacun d'entre nous, attendant patiemment notre écoute...

        Je vous invite ainsi et surtout à écouter votre for intérieur, à regarder ce qui résonne en vous, à expérimenter quand il s'agit de pratiques et à en constater les effets avant de vous approprier quoi que ce soit. 

       Nous verrons que beaucoup de choses sont à prendre à l'envers de ce que nous avons appris, c'est tellement éclairant ! Nous affirmons ici que notre Être profond est la Source de "Tout ce qui est", je ne suis pas le seul à le dire loin de là, bien d'autres l'ont fait et continuent aujourd'hui plus que jamais. C'est à ces guides de sagesse que je dédie mes écrits ainsi qu'à tous mes compagnons de route.

       Je vous souhaite une bonne et belle visite au pays de la conscience divine appliquée.

       Vers une spiritualité libre, autonome, souveraine et solidaire...

     DS


    votre commentaire
  •  

     

        Ah ! La crise... Crise de rire, serait-ce la seule plaisante ? Voyons... Cherchons, cherchons...

        Crise d'urticaire ? Non... Crise au foie ? Non plus, pas agréable... Crise de jalousie? Pas drôle... Crise sanitaire ? Berk !... Crise économique ? Reberk !... Sociale ? Politique ? Environnementale ? Berk berk berk !...

        Bon donc, quand cela 'arrive' le mieux eh bien... C'est de la gérer, de la di-gérer au mieux, non ?

        Je sais ce n'est pas le genre de chose que l'on a envie de manger, mais elle nous passe rarement au-dessus de la tête, cela nous la 'prend' plus qu'à son tour, ou bien nous donne le tournis, le plus souvent on se la reçoit en pleine poire !..

     

       A tel point que parfois nous n'avons pas le temps de gérer consciemment une crise violente, dans les cas d'accidents physiques ou physiologiques nous menant à la mort ou au coma. Là c'est notre âme , le Grand Esprit qui prend les choses directement en main. Dans le cas du coma ou 'Mort imminente’, 'perte de conscience', une infime part consciente de nous-même peut prendre la décision de revenir, parce nous sommes sensible à l'appel du retour dans notre dimension charnelle pour une raison ou une autre.

     

        Dans ces derniers cas nous avons peu de marges de manœuvre consciente donc nous allons plutôt nous pencher sur les autres. Sur ces bonnes vieilles crises, celles qui nous chamboulent, nous retournent, nous atteignent, nous affligent, nous fatiguent, nous usent parfois, nous éreintent même, nous affectant plus ou moins profondément. Elles ont le pouvoir de changer notre vie, notre regard sur notre existence, ou la vie en général, nous affaiblir ou nous rendre plus fort, selon leur nature, leur force et notre type de caractère, nos croyances, et nous y venons, notre foi aussi...

     

        Une crise profonde peut nous affecter sur tous les plans, un 'coup dur', une maladie, un 'accident' peuvent porter atteinte à notre intégrité physique, psychologique, émotionnelle, nerveuse, les fameuses déprimes, et parfois, plus invasive et enracinée, la dépression. La crise peut ainsi changer notre situation sociale, rarement vers le 'haut', souvent vers le 'bas'. Elle peut prendre la forme d'une séparation, la séparation entre le soi et le Soi étant la crise à l'origine de toutes les autres. Et pour cause! cette infime distanciation intérieure chronique a des répercussions énormes sur notre situation extérieure. Alors c'est le divorce, la perte d'un proche (une autre forme de séparation), perte d'un animal de compagnie, d'un lieu, d'une maison, de son emploi, de son statut, de sa santé etc.

     

        Il y a les crises personnelles et aussi collectives (égrégores), sociales, économiques, sanitaires, environnementales. Mais au fond qu'est-ce qu'une crise ? D'où vient-elle ? Comment a-t-elle pu surgir du néant ? Ou pourquoi n'avons-nous pu l'éviter, même en percevant les signes avant-coureurs ?

     

        Les crises ou 'mauvaises passes' sont les conséquences de tensions identitaires. Elles ne sont en aucun cas le fruit d'un 'hasard' et surgissent encore moins d'un 'néant' tout aussi hypothétique. En vérité, je les crée dans l'ombre de façon plus ou moins consciente chaque fois que j’ignore ma voix intérieure, mon intuition, ma guidance. Elle peut couver depuis plusieurs incarnations et monter en puissance par cumul d'inconsciences et de refus d'assumer 'qui je suis réellement', l'Être suprême créateur des multivers unique et indivisible !

     

    TOUTES LES CRISES MALGRÉ LES APPARENCES ONT LA MÊME ORIGINE CELLE DE LA DÉCONNEXION AU SOI.

    ELLES SONT FONDAMENTALEMENT IDENTITAIRES ET REVIENDRONT CHAQUE FOIS QUE J'OUBLIERAI 'CE QUE JE SUIS RÉELLEMENT'.

    ELLES SONT DES APPELS ET DES RAPPELS AU SOUVENIR,

    DES GARDE-FOUS EXISTENTIELS,

    RÉVÉLATEURS DE MON ETAT DE CONSCIENCE ET DE LA QUALITÉ DE CONNEXION A MA PROPRE DIVINITÉ.

    CES APOCALYPSES SONT EN RÉALITÉ DES ACCOUCHEMENTS DU SOI.

    CELLE QUE COMMENCE A VIVRE ACTUELLEMENT L'HUMANITÉ EN EST LE PAROXYSME ET POSE CETTE QUESTION DE FAÇON COLLECTIVE ET ULTIME.

    QUEL CHEMIN CHOISISSONS-NOUS ? CELUI DES PEURS ÉGOTIQUE QUI DIVISENT,

    OU CELUI DE L'AMOUR INCONDITIONNEL QUI RÉUNIT!

     

        Dans notre inconscience nous nous demandons pourquoi les crises arrivent dans nos vies ? Oui POURQUOI ??? Ah ! ce fameux pourquoi... Interrogation si souvent ressassée, nous laissant incrédule : « Ce n'est pas possible ! ».

        Et souvent nous ne comprenons pas, condamnant le mauvais sort, la guigne, la malchance, la poisse, le mauvais karma, ou le voisin, les autres, la famille, le gouvernement, les instances de toutes sortes, la vie, et pour finir Dieu lui-même !

        Et même, curieusement, c'est seulement dans ces moments-là, ou dans un danger imminent, mortel, à l'agonie, que certaines personnes, je rectifie : que peut-être et dites-moi si je me trompe, la plupart des gens l'invoquent, lui font une demande, le supplient à genoux, couchés le front au sol, ou en se contorsionnant de douleur (vécu personnellement ...). Et même ceux et je dirais surtout ceux qui n'y croient pas ou disent ne croire en rien... C'est notre apanage d’êtres humains, dans notre impressionnante cohérence (un peu d'ironie) de nier dur comme fer l'existence de quelque chose et de l'invoquer quand tout s'effondre dans un acte désespéré.

     

        Il n'y a rien dans mon existence dont je ne suis créateur et responsable ! Non seulement les crises personnelles mais aussi collectives. Je crée mon Univers à chaque instant ! Je crée 'le bien' , je crée 'le mal' et j'en suis entièrement responsable quoi qu'il en soit. J'accueille toute crise individuelle ou 'collective', je l'accepte et décide de prendre la direction appropriée dictée par mon âme, par l'ÊTRE. Tout accident, toute maladie a des racines psychologiques en vertu de ce qui est affirmé ici !

     

        Ceci explique pourquoi certaines personnes sont sujettes aux problèmes (souvent récurrents) et d'autres moins, voire pas du tout. Alors, ayant conscience de cela, je peux faire mon masochiste, continuer à souffrir encore ou alors décider de m'aimer quoiqu'il arrive et créer autre chose...

     

    Là j'entends quelques voix dans l'assistance s'insurger en me lançant un : « Facile à dire Coco !»

        Et pourtant c'est la vérité et l'amour de Soi est la seule issue viable, elle prend toujours la forme appropriée pour solutionner les problèmes. Je m'explique et ensuite j'indiquerai quelques outils pour aider à s'en sortir, voire ne plus recréer le même genre de situation :

    1.  Il y a un fonctionnement humain extrêmement répandu, dont on parle peu, mais très caractéristique que l'on appelle le triangle morbide ou triangle de Karpman (que reprend Ghis -Ghislaine Lanctôt-) Victime-Persécuteur-Sauveur. C'est le fonctionnement inconscient de l'animal humain de survie, le moteur étant la peur. Les rôles que nous nous donnons tour à tour et nous maintiennent dans l'inconscience de 'ce que je suis réellement'. La 'justice' humaine fonctionne aussi sur cette basse vibration. Avec ses 'lois' relatives dérivées, le reflet déformé de la Justesse Divine Absolue d'Amour Inconditionnel qui est la seule véritable et donc valable (voir l'article 'Libre arbitre et souveraineté').

    2.  La crise comme la mort est un passage avant tout personnel, c'est une opportunité pour renaître, se rafraîchir, évoluer, se recréer. Je vis Ma Crise, Je vis Ma Mort, même si apparemment des milliers, des millions de gens autour de moi 'semblent' traverser le même processus. Chacun se crée sa propre expérience ou situation au sein d'une crise quelle qu'elle soit afin de lui rappeler 'qui il/elle est réellement'. L'épidémie en est un bon exemple, pour un même virus, la réaction va être très variable selon les individus. Certains succombent vite d'autres moins, d'autres 's'en sortent' alors que d'autres ont des séquelles à vie. D'autres encore ont un système immunitaire sain et passent au travers avec peu d'encombres et d'autres enfin plus rares, ne sont pas du tout affectés car leur niveau vibratoire est en adéquation avec la situation et vivent l'Unité dans leurs cellules, pas de maladies, pas d'ennemis, que la Vie...Comme Marie Elia le dit « c’est une danse d'Amour » et cela est applicable pour tout type de crise.

    3.  La crise est là pour nous montrer les limites de notre état d'humain 'animal'. Elle représente une sorte de rail ou de garde-fou en exprimant un paroxysme, c'est la goutte qui fait déborder le vase, même si cette goutte se présente sous la forme d'un océan de problèmes qui nous submerge. Si nous vivions l'illimité, les crises n'existeraient pas en tant que telles, mais pourraient être vécues comme des défis créatifs et même des jeux excitants ou alors ne seraient pas tout simplement. Je le redis, chaque crise sans exception est un appel et un rappel du Divin à 'qui nous sommes réellement', il n'y a aucune fatalité dans tout cela, chaque crise a son propre langage et son sens. A nous de le trouver au fond de nous. Il n'est pas du tout évident qu'un type de problème ait le même sens pour chacun, tout au plus de manière symbolique ou psychologique globale, mais inversement les détails ont leur importance. Ils permettent de dénouer des situations et traumas personnels, de guérir de névroses.

    4.  Les crises sont des cadeaux évolutifs, encore une fois je suis créateur à cent pour cent de ma réalité (qui reste relative, la pièce de théâtre) et sont là pour me rappeler ceci :

     

    JE SUIS DANS MA RÉALITÉ ULTIME CRÉATEUR ILLIMITÉ DE TOUT CE QUI EST AU DELÀ DE TOUTE CONSIDÉRATION MATÉRIELLE.

    CE QUE JE FAIS JE PEUX LE DÉFAIRE A CHAQUE INSTANT OU LE TRANSFORMER A MA GUISE. JE SUIS MAÎTRE ET AUTORITÉ ABSOLUS EN MON UNIVERS.

    LA CLÉ UNIVERSELLE COMMUNE A TOUS LES PROBLÈMES QUE JE ME CRÉE EST L'AMOUR DE SOI QUI A DE MULTIPLES FACETTES ET EXPRESSIONS.

     

        Voilà je sais, nous avons encore du chemin à parcourir, mais l'avantage de l'éternité c'est de nous permettre d'y consacrer du temps et de l'énergie. Tout arrive quand on y met son cœur et il s'agit là du véritable travail de fond qui permettra de ne plus me recréer de problèmes selon mon libre arbitre.

     

        Mon engagement est la réponse à l'appel de mon âme pour le Grand Retour.

     

        Lorsque je prends du recul -et cela peut être instantané comme se passer longtemps, longtemps après, dans l'au-delà ou une prochaine incarnation- je peux voir à quel point je peux me perdre dans mon propre labyrinthe. Alors je transmute dès que possible par amour pour Moi avec une infinie douceur, mon 'insupportable crise douloureuse' en un sourire lumineux...

     

    Voici quelques outils et étapes pour aider, guérir et même prévenir:

    1.  Prendre conscience qu'une crise est en cours ou couve. Ce n'est pas toujours évident de voir que nous traversons une crise, c'est souvent lorsque nous arrivons à l'état de vide intérieur, de lassitude ou inversement de douleur que nous commençons à voir que quelque chose ne va pas. C'est le syndrome de la grenouille qui se trouve plongée dans une marmite d'eau en train de chauffer. Elle supporte la température qui monte progressivement et quand celle-ci devient insupportable, il est trop tard car la grenouille se retrouve ankylosée, épuisée par la chaleur et n'a plus la force de sauter par dessus bord. Alors que si elle se trouve plongée dans la même marmite d'eau bouillante, le choc est si violent qu'elle bondit instantanément hors de cette mortelle situation.

    2.  Il est vital de se ressourcer dès que possible. De pratiquer la méditation, la contemplation, de retrouver régulièrement un contact avec la nature, d'avoir des activités de détente, physique, mentale, émotionnelle saines afin d'avoir un référent de santé (de sainteté) à tous les niveaux. Au pire pouvoir compenser momentanément le stress, par des respirations profondes afin de se calmer et se recentrer. Évitons les crises latentes qui, à leur tour, peuvent déboucher sur un 'burn out' voire un suicide ou autre catastrophe.

    3.  Dans le cas de crise personnelle, je fais le point, me demandant si la vie que je mène correspond à mes aspirations profondes. C'est en trahissant mon enfant intérieur et mon principe féminin (voir le chapitre sur la création de réalité) mes rêves de réalisation et d'accomplissement que je crée mes propres crises à plus ou moins longue échéance, mais tôt ou tard le couperet tombe prenant des formes diverses, c'est le prix de mon auto trahison. J'assume le ou les rôles temporels déviants que je me suis créés. Alors c'est en me reconnectant à ma nature profonde, en écoutant ce que me dit la situation, que les réponses et les solutions de mes problèmes arrivent.

       La guidance intérieure dans l'Amour de Soi, le ressourcement et la détente, sont la meilleure source de solutions, adaptées à ma situation et mon cas. Je suis attentif aux signes qui me sont envoyés sans en faire une obsession. Si je n'arrive pas à contacter ma divinité, alors je me dirige vers une aide extérieure. La bonne est celle qui me renvoie à moi-même en m'apprenant à pêcher, au lieu de me rendre dépendant de ses services.

    4.  Une prise de conscience s'impose et s'opère, je peux recontacter des traumas originels vécus dans mon enfance ou même d'une vie passée. Je les accueille, m'en occupe et les guéris (des méthodes de thérapies efficaces existent comme celles développées par Yann Thibaut dans son 'Ecologie intérieure', l'analyse jungienne ou équivalent). Je vois maintenant les comportements compensatoires qui m'ont amené jusqu'au paroxysme de la crise. Je fais confiance aussi à la grâce divine et retrouve mon chemin intérieur en donnant la priorité à mon principe féminin.

        Je remonte la pente et me réalise enfin ! Pour les crises collectives c'est l'égrégore humain, somme des psychéindividuelles semblables, qui les crée. Mais l'issue commence par l'individu, car le groupe est constitué d'une somme de personnes. Si la situation requiert une action collective, alors elle sera d'autant plus efficace si chacun résolu par avance sa problématique personnelle.

    5.  Dans le cas d'une crise soudaine et aiguë, ne pas céder à la panique. La respiration profonde est un acte précieux et un réflexe à cultiver dans presque toutes les situations (pour les crises d'asthme ou noyade c'est une autre histoire !). C'est l'acte par excellence pour aider à se calmer et se recentrer. Pour les personnes qui ont des problèmes respiratoires, il va de soi que le fait de pouvoir calmer son corps à l'aide du centrage est un atout majeur au-delà de la médication. Quand il s'agit de crises de santé chroniques par exemple, un travail psychologique de fond est plus que recommandé notamment sur les peurs fondamentales (de la séparation, de la mort, du manque etc.).

         Avoir des notions de secourisme peut être précieux, quand une situation le demande c'est le Divin en nous qui créé afin que je me connaisse à travers l'acte requis. Cela n'a rien à voir avec l'attitude paternaliste du 'sauveur' de notre triangle infernal. Nous pouvons porter secours ponctuellement ou en avoir besoin dans des cas de crise aiguë que je dois résoudre si mon choix est d'en sortir bien sûr. C'est l'âme qui dicte dans ces situations comme pour le reste, l'élan du cœur parle d'instinct, pas besoin de long discours pour comprendre cela. Encore une fois une bonne hygiène de vie aussi bien psychologique que physique est le meilleur moyen de ne pas se retrouver en situation indélicate.

    6.  Oh'oponopono est une philosophie et pratique de vie ancestrale Hawaïenne (voir les liens de ce blog), le processus exposé ici est une formule de guérison relationnelle qui peut aussi bien s'appliquer envers soi-même, une autre personne ou un groupe. Elle s'effectue en quatre étapes :

     

    • le repentir avec “je suis désolé/e”
    • le pardon avec “pardonne moi s’il te plaît”
    • la gratitude avec “merci”
    • l’amour avec “je t’aime”

    « Désolé, Pardon, Merci, Je t’aime »

    Cela fonctionne et crée des miracles de guérisons et de changements positifs de situations.

     

    Ne sous-estimons jamais le pouvoir de l'Esprit, agissant à travers l'âme (somme de

    toutes nos expériences millénaires) par son invocation pour nous sortir de n'importe quelle situation.

     

    7.  Au delà d'Oh'oponopono. Il y a une notion très importante dans la Conscience Divine c'est le fait que fondamentalement, en réalité, tout est parfait. Même ce que d'ordinaire nous refusons, réfutons, ne voulons pas voir, je parle ici de ce que nous humains, considérons comme les horreurs de la création. Qu'il s'agisse de personnes, de créatures ou d'actes,les plus abjects ou les plus vils à nos yeux, ils sont parfaits de façon intrinsèque. J'avoue que ce n'est pas une chose aisée de l'admettre, encore moins de le concevoir et de l'assimiler jusqu'au fond de nos cellules. Dans les cas où nous sommes personnellement impliqués, c'est un défi surtout lorsque nous avons vécus des traumatismes profonds. C'est effectivement le cas d'une grande majorité d'entre nous dans cette vie ou une autre.

     

        Diesse ne crée que la perfection. Je ne crée que la perfection, tout est Divin même ce que nous appelons le non-Amour, l'Ombre, qui ne sont qu'illusions parfaites. Je me crée la situation parfaite selon mon niveau de conscience du moment, autrement dit de mon niveau vibratoire. Tout ce qui relève de basses vibrations, du bas astral n'est que l'expression du conflit de Séparation Originel du moi et du Soi. Je rappelle ici que j'ai décidé de croquer 'le fruit de la connaissance du bien et du mal' et Je ne suis pas du genre à faire les choses à moitié. C'est donc l'expérience ultime et improbable du non-être créé par amour pour moi. Même l'impossible se révèle être possible, car l'Amour n'a pas de limites.

        Donc si je réalise que tout ce que je vis est un cadeau évolutif sans exception alors la notion de 'mal' disparaît et celle du 'bien' aussi (par opposition au 'mal') seul l'Amour, l'Être reste. Je reviens par Amour pour Moi à mon état d'unité (non-duelle) naturel enrichi de l'expérience de la perte, de l'oubli, du non-être qui s'avère être un champ de créativité extrême. Le pardon devient obsolète car il n'y a pas eu de 'faute' c'est une autre étape dans la conscience de ce qui est. Ce qui amène naturellement à l'état de non culpabilité de soi et des autres bien sûr, mais n'enlève en rien mon niveau de responsabilité qui lui au contraire est ultime (voir l'article 'libre arbitre et souveraineté').

        Il arrive que je me sente victime, persécuteur ou sauveur et si je m'observe bien, je peux endosser tous ces rôles plusieurs fois dans une même journée !... Souvent par réaction et reproduction de schémas engrammés (par l'éducation, les répétitions névrotiques, les calques émotionnels), Je suis tout cela relativement mais en réalité c'est une illusion ! Je suis le créateur de toute cette pièce de théâtre afin de me souvenir de qui Je Suis réellement et ainsi me servir de mon libre arbitre pour faire mon choix à chaque instant : Est-ce-que je décide de continuer à vivre dans le brouillardà tourner en rond, de descendre en spirale dans l'enfer mensonger de ma propre création ou est-ce que je décide de m'éveiller et de vivre en conscience de ce que Je suis réellement en me dirigeant vers la lumière ?

     

    8.  La peur est mauvaise conseillère, elle fait agir par réaction émotionnelle et contracte au lieu de libérer les courants vitaux. En appliquant l'écoute intérieure de ma source (principe féminin) et en me comportant divinement en conséquence, je monte mon taux vibratoire, je m'ouvre à la grâce. Alors les solutions arrivent et les problèmes se dissolvent miraculeusement.

     

       Je conclurai par cette phrase si belle et si juste en mon âme de Svâmi Prajnânpad.

       Un jour une fillette lui demanda s’il avait des pouvoirs comme les yogis. Il lui répondit qu'il n'en avait aucun, puis voyant que la petite fille était déçue, il se ravisa et lui dit :

    « Svâmiji a deux pouvoirs : Amour Infini et Patience Infinie »

     

    DS


    1 commentaire
  •  

     

    JE SUIS LE VRAI TOI, TON CENTRE, TON MOI PROFOND, LE SOI, L'ÊTRE, L'ESPRIT, DIESSE, AMOUR INCONDITIONNEL,

    LA SOURCE CRÉATRICE DE TON UNIVERS A TON IMAGE ET RESSEMBLANCE, DE TOUT CE QUE TU PERÇOIS ET VIS A JAMAIS...

     

        Jean-Paul Sartre a dit « le problème c'est les autres », si beaucoup de personnes voient le monde de cette façon et, pour ce que j’en observe, j'ai bien l'impression que c'est le cas, alors cette assertion en dit long sur la méconnaissance de Soi et sur l'état actuel de l'humanité. Je l'entends à la fois comme un manque de lucidité et un signal d'alarme. Cependant les consciences évoluent, je dirais que La Conscience Divine émerge à sa façon dans une échelle de temps et d'espace qui nous échappe la plupart du temps. C'est un phénomène naturel et cyclique, quand les fruits mûrissent la récolte se prépare...

     

        Au fond c'est comme si cette assertion était née en réaction et en opposition au dogme chrétien doloriste qui consiste à se sacrifier pour les autres 'au nom du Seigneur’. Une autre raison qui pourrait l’expliquer serait de croire que nous sommes séparés et indépendants de tout ce qui nous arrive, coupés des actions et des diverses influences directes ou indirectes des autres personnes sur nos vies (sans compter les phénomènes naturels).

     

        Alors que nous sommes les Créatrices et Créateurs de notre environnement et des êtres qui y évoluent !

        Une autre façon d'appréhender cela consiste à concevoir que nous attirons vibratoirement toutes expériences et toutes personnes dans notre univers personnel.

     

        Donc encore une fois je retourne les formules en les combinant et cela donne quelque chose comme:

        «Au fond le vrai problème c'est moi » sans oublier d'ajouter,« mais je suis aussi la solution...»

        Là on se rapproche d'une vérité qui me parle.

        Il ne s'agit pas de mettre les autres sur un piédestal et de se morfondre sur notre sort en s'auto-flagellant, cela n'a rien à voir. Il est plutôt question de toute autre chose qui a un rapport direct avec ce que nous appelons 'l'effet miroir'.

     

        Alors qu'est-ce que ce fameux « effet miroir » utilisé un peu à toutes les sauces dans le milieu ‘psycho-spirituel'?

     

        La définition classique de ce phénomène consiste à dire que ce que je vois en l'autre (de façon 'positive' ou 'négative ') est le reflet inconscient de ce que je suis ici et maintenant. Cet effet nous permettrait de révéler nos attributs sans concessions et d'une certaine manière retourner nos jugements de valeurs sur nous-même.

        Par exemple 'je le ou la trouve aimable', voudrait dire que je le suis quelque part en moi, même si je ne le crois pas car la plupart du temps on me dit que j'ai mauvais caractère. C'est une forme de projection la plupart du temps inconsciente.

     

        L’effet miroir nous aide ainsi à dépasser les jugements de valeur de nos egos et nous révèle certains aspects de nous-même, ce qui au demeurant peut s'avérer fort utile. Cependant, si l’on s’en tient à ces caractéristiques, sa définition manque, il me semble, de justesse et de profondeur. J'aimerai vous faire part d’une version plus universaliste et sensible, la voici:

     

        Comme annoncé au début de ce texte, Diesse en nous crée constamment l'Univers à son image et ressemblance. Si je m'identifie à Lui/Elle alors:

     

    MON UNIVERS ENTIER EST MON MIROIR !

    TOUT CE QUE JE VOIS A L’EXTÉRIEUR EST LE REFLET DE CE QUE JE SUIS A L’INTÉRIEUR.

     

     

        Je porte une attention particulière sur le pronom possessif 'Mon'car il s'agit bien de mon propre univers, celui que crée la divinité en moi à mon image et ressemblance, d'où bien entendu:... l'effet miroir.

     

        Là encore, nous devons avoir conscience de percevoir l'Univers d’une manière limitée avec les outils perceptifs de nos sens physiques et d’une manière plus large avec ceux de nos corps subtils. Nous le percevons également à travers nos différents filtres aussi bien culturels qu'émotionnels et même conceptuels.

     

        Pour en revenir à notre effet miroir, si le monde nous paraît si dur, injuste et souffrant, c'est parce que nous projetons sur lui nos peurs sourdes et nos conditionnements inconscients.

        L'effet miroir est un outil extraordinaire pour rentrer dans la justesse consciente de n'importe quelle situation, de voir nos propres qualités et nos sales failles pour ainsi dire et nous aider à corriger nos comportements si cela est notre choix bien sûr. Certain que c'est en guérissant ma réalité intérieure  que mon reflet extérieur changera de physionomie en s'allégeant.

     

        Je crée à chaque instant la situation parfaite -personnes inclues!- représentant le cadeau évolutif constant que je m'offre par Amour pour Moi. Rien n'est anodin, ou le fruit du hasard. En réalité Tout, je dis bien Tout ce qui nous entoure est le miroir de notre Être, y compris bien sûr ce que nous appelons faussement 'les autres'.

     

        Véritablement, dans notre Unité intrinsèque, ils sont une autre version de nous-même. Qu'y-a-t 'il de plus ressemblant pour un humain qu'un autre humain? J'entends certains me répondre: un animal ? Une bête apeurée ou féroce? Un légume? Un ange à l'occasion? Tout dépendra de l'image que j'ai de moi-même de par mon niveau de conscience de 'ce que je suis réellement'...

     

        Qu'est-ce que tout cela me dit ? Quel est le message permanent que me renvoie mon Univers? Là est la véritable question!!! Diesse nous adresse des messages en permanence et la plupart d'entre nous sommes sourds et aveugles! Je vous assure que chaque événement de près ou de loin dans notre sphère perceptive est non seulement le fruit des graines que nous avons semées en amont, mais aussi nous informe sur leurs qualités, impacts et conséquences en fonction de notre état intérieur. Les paramètres sont nombreux...

     

        Première chose, plus mon niveau de conscience sera élevé plus je tendrais vers l'Amour inconditionnel, moins je serais affecté et plus je serais dans l'appréciation. Au lieu d'être dans le déni, le jugement de valeur, je verrais clairement que le négatif est relatif à un positif. Si je souhaite vraiment l'harmonie en moi, c'est en tendant vers l'Absolu, en empruntant le chemin intérieur du Soi qui mène à la Maison que j'y arriverai . L'Absolu est à la fois la source et la synthèse de ce qui est négatif, positif, mal, bien, mauvais ou bon (Voir un prochain article intitulé Dualités et Absolu). L'atteindre n'est pas forcément aisé, mais possible puisque c'est notre nature essentielle. C'est le troisième ingrédient, celui qui manquait pour sortir de la dualité, l'Amour Divin est le lien entre tous les extrêmes.

     

        Les limites opposées de toutes choses sont simplement deux facettes d'attributs Divins.

     

        De plus, je serais en position d'entendre ma douce voix intérieure ou mon intention pour pouvoir ajuster à ma guise mon Univers intérieur et en constater la manifestation extérieure. Un fonctionnement radicalement opposé à celui qui consiste à considérer que tout vient de l'extérieur, le matérialisme en est un exemple flagrant et nous l'avons sous nos yeux. Bien sûr, de plus en plus de personnes font attention à certains signes 'du ciel', aux phénomènes de synchronicités par exemple. C'est un progrès, mais si d'un autre côté j'estime qu'il existe des personnes, des choses et des manifestations hors de 'ce que je suis' alors nous empruntons une route hasardeuse et encore brumeuse où la conscience de 'ce que je suis réellement' est faussée et grandement incomplète.

     

        Ce qui vient d'être décrit est le principe racine de l'effet miroir, peu connu et encore peu accepté. L'aspect de l'effet miroir le plus connu dans le milieu 'New Age' ou 'psycho-spirituel', est celui qui consiste à considérer que ce que je vois en l'autre en terme de qualité ou défaut -autrement dit en jugement de valeur- est le reflet de mes propres qualités ou défauts. Cette personne devient le miroir de ce que je suis ici et maintenant me montrant la vérité invisible autrement, ou bien que je refuse de voir. C'est un réflexe d'attraction ou d'aversion qui est un symptôme de projection de ma personnalité. Le terme 'projection' est parfaitement adapté puisque comme nous l'avons vu à maintes reprises, je crée à l'extérieur à partir de l'intérieur non seulement tous les protagonistes de mon existence, mais aussi les décors, les ambiances et les humeurs!

     

        L'effet miroir n'est pas le fruit du hasard ou d'un quelconque phénomène mécanique. Il est véritablement la conséquence directe du fait que je vis une vie symbolique comme 'Alice au pays des merveilles’, un miroir grossissant de ce que je vis intérieurement, afin de m'aider à voir 'qui' est 'ce que je suis réellement'. En outre, cela me donne la piste d'éveil pour retrouver mon état Divin Conscient au cas où cela serait mon choix! Ceci est notre propre carte géographique, notre boussole, le fil d'Ariane d'Amour Divin.

     

        Est-ce que cela fait sens pour vous?!

     

       Bien...

     

        Pertinemment, la question suivante est, me semble-t-il : mais comment? Comment faire pour me servir de l'effet miroir consciemment et non subir les évènements en restant dans le brouillard . Voici la méthode que je propose:

     

    1.      S'observer avec bienveillance et détachement dans toute situation (encore et toujours la conscience témoin). C'est à dire en évitant tout jugement de valeur.

    2.      Voir et accepter que ce que je vois en l'autre n'est que le reflet ce que je vis intérieurement ici et maintenant. Mon jugement de valeur dépend entièrement de multiples paramètres comme mon éducation (culture), mes humeurs ( programmations inconscientes)etc. Cela fonctionne aussi pour les situations que je vis. Commencer par reconnaître ce phénomène et se l'approprier, cela n'a rien de facile car c'est à l'encontre de ce que nous avons appris dans la plupart des cas..

    3.      Remercier intérieurement, la situation, les personnes impliquées y compris et surtout moi-même pour avoir créé ce cadeau évolutif de conscience (même si cela est douloureux). Se tourner vers la lumière le plus tôt possible, au lieu de le faire à posteriori des années plus tard !

    4.     Me poser la question cruciale de savoir si je vie cette situation, ou porte ces jugements de façon récurrente à travers d'autre situations ou personnes similaires.  Si la réponse est oui, alors je suis sous l'emprise d'une programmation émotionnelle via un traumatisme passé la plupart du temps, une névrose, au final peu importe la source apparente, car j'en suis l'auteur originel de toute façon. Dans ce cas, posez-vous honnêtement la question: suis-je dépendant de ce phénomène? Et est-ce que j'ai envie de m'en défaire? Si c'est encore le cas alors faire le nécessaire pour y parvenir (différents outils efficaces existent, dont la meilleur est l'auto guérison ou déprogrammation/reprogrammation par transmutation directe, nous le verrons plus tard dans le chapitre sur 'les rituels de guérison').
    5.     Me déshabituer (me déprogrammer) de juger en bien/mal, bon/mauvais, en plus/moins, autrement dit sur les valeurs des personnes ou choses qui ne sont que des projections culturelles, des formatages égotiques momentanés, transitoires. Elles n'ont rien de vrai, si ce n'est me montrer dans quel état de cécité je suis. Seul mon ressenti, mes préférences, mes choix de cœur ont un véritable sens et sont des indices pour trouver ou confirmer ma voie dans l'expérimentation de 'ce que je suis réellement'.

    6.     Rendre grâce au Soi pour nos facultés créatrices de manifestations infinies!

     

        En conclusion, voir dans le processus de cette vie incarnée, toute la beauté de nos Odyssées. Se perdant et se retrouvant de plus belle, à chaque fois nous renouvelons notre histoire en disant « Il était une fois, une voyageuse intrépide, un voyageur courageux qui s'incarna dans l'immensité de la dimension «espace/temps» s'y perdit et enfin se retrouva... »

     

    DS

     

     

     


    votre commentaire
  •  

        Qu'est ce que l'Amour du Soi et pourquoi est-il si fondamental?

        J'emploie délibérément l'adjectif 'du' au lieu de la préposition 'de' pour mettre l'accent sur l'aspect impersonnel et universel de cet Amour qui inclue 'Tout ce qui est', le perçu et l'imperçu, sans aucune sorte d'exclusion y compris bien sûr, ce cher 'petit moi' ou ego...

     

        Le véritable Amour du Soi n'est pas un amour nombriliste ou narcissique dans le sens ego-centré du terme. Il est narcissique dans le sens où il est tourné vers Soi (-même), c'est tout. C'est une posture vitale naturelle et saine, mais beaucoup d'entre nous l'ont oubliée, pour qui l'amour ne peut être que tourné vers l'extérieur et cela va de pair avec l'amnésie généralisée de ce qu'est notre Soi réel...

     

        Quant à ceux qui prétendent ne rien aimer, ni personne, qu’est-ce qui peut leur fait dire une chose pareille? Le déni d'amour parce qu'ils ont été déçus d'une manière ou d'une autre ? Cela ressemble à une bouderie d'adolescent. Si une personne n'est plus qu'une plainte ou une entité haineuse et maléfique, c’est qu’elle s’est fourvoyée et perdue dans les méandres de ses affres et de son propre destin. Elle vit ce que l'on appelle la noirceur de l'âme. C'est une expérience extrême d'obstruction de la Lumière contre-nature qui confine la conscience dans le bas-astral, c'est une période de souffrances auto-destructrices plus ou moins longue qui se résout par un appel au secours après lamination par les énergies d'involutions. Sous sa gangue la plus opaque le diamant attend d'être révélé. C'est ce que les alchimistes appellent l'œuvre au noir.

     

    L’ÉTERNITÉ A RAISON DE TOUT! DANS CE CAS PRÉCIS LE SENS DU MOT RAISON EST L'AMOUR INFINI DANS UNE PATIENCE INFINIE. LA RAISON DIVINE EST RÉSOLUTION ET ENFIN INTÉGRATION DANS LE SOI.

     

        Ayant d'emblée abordé le cas le plus extrême de dénigrement, nous pouvons maintenant nous pencher sur nos cas de 'trouveurs de lumière' et de 'marcheurs sur le Chemin du Grand Retour'. Alors il me semble donc que le mieux est de commencer par nous entendre sur quelques définitions de base:

        -L'Amour avec un grand A pour mettre l'accent sur l'aspect Divin de cet amour. Les différences avec l'amour humain sont celles-ci: pureté, capacité, équanimité, constance, infinité. Un Amour Divin est un amour pur sans limite, sans objet, inconditionnel, sans préférences et surtout sans peurs, ni attentes. Il est don et réceptivité permanente, il ne prend jamais, ne fait que donner et recevoir. C'est une force d'attraction et d'émission dans le don total, sans attache, c'est la liberté d'être et d'expression, c'est l'épanouissement permanent. Une de ses manifestations est la sensation de plénitude, je me sens littéralement nourri de l'intérieur. Je deviens 'Source d'Amour' et cette eau déborde de toutes parts.

     

        -Le Soi avec un grand S pour mettre aussi l'accent sur l'aspect Divin de soi. Le Soi est totalement inclusif, c'est à dire qu'il désigne l'ÊTRE, l'Esprit, Diesse en soi, mais aussi notre âme, nos corps physiques et tous les corps intermédiaires, nos egos, ainsi que tous les jeux d'ombres et de lumières que nous portons. Il va de soi ou de Soi que le SOI étant l'ÊTRE Suprême créateur de Tout ce qui Est, il est aussi cela: Tout ce qui Est, donc nous, la lumière et les ombres, ce que nous appelons les 'autres', ainsi que toute la création.

     

        Quand nous parlons d'Amour de Soi ou du Soi, c'est un Amour inconditionnel de ce que je suis réellement c'est à dire de 'TOUT CE QUI EST', DIESSE ou L'AMOUR ABSOLU! En résumé l'Amour de Soi est L'Amour Absolu de L'Amour Absolu. C'est techniquement un pléonasme. Ce n'est que notre contexte humain qui fait la différence entre le Soi et l'Amour, cette distinction s'efface quand nous sommes dans la lumière.

     

        Souvenez-vous des statuettes des trois singes sages du japon. Nous pouvons interpréter leur expression sommairement et simplement comme suit. Le premier singe cache ses yeux avec ses mains ne voit pas le 'mal', le deuxième cache ses oreilles n'entends pas le 'mal', le troisième cache sa bouche ne dit pas le 'mal'. Implicitement cela veut dire que ces trois singes, en réalité un, ne voient, n'entendent et ne parlent que de 'bien' en toutes choses autrement dit d'Amour, si nous assimilons l'Amour au 'bien' et le non-Amour au 'mal'. C'est une façon d'oublier l'illusion de séparation et de se rappeler à la conscience de Soi.

     

        C'est symboliquement une autre version des quatre accords toltèques que je redonne ici en vous renvoyant à l'excellent livre de Don Miguel Ruiz:

    1. Que votre parole soit impeccable

    2. Quoiqu'il arrive n'en faites pas une affaire personnelle

    3. Ne faites pas de suppositions

    4. Faites toujours de votre mieux

     

        Je sais, le programme est plus qu'ambitieux et peut paraître irréalisable, voire insensé pour beaucoup!

        J'entends d'ici les 'On ne peut pas tout aimer', dans ce cas on parle d'amour humain frontal. Cependant je peux vous assurer qu'avec quelques bonnes prises de conscience bien placées, cela est tout à fait réalisable, c'est la façon 'sine qua non' d'être véritablement en paix avec soi-même, les peurs n'ont plus de place.

     

        Je prends un exemple simpliste, mais qui marche aussi au sujet des personnes que nous croisons. Souvent nous confondons l'appréciation, le goût avec l'amour en disant : «Je n'aime pas les artichauts, ni la couleur verte »

    1. Les goûts changent avec le temps

    2. Qu'est-ce que je n'aime pas dans l'artichaut, son goût, sa forme, ou seulement sa couleur?

    3. Est-ce qu'il y a un aspect de l'artichaut que j'apprécie? Même si je 'n'aime pas' son goût et la couleur verte, peut-être que j'apprécie la forme de la plante?

     

        La plupart du temps nous généralisons, nous ne faisons pas de détail, si un aspect d'une chose ou d'un être nous déplaît nous le rejetons en bloc. Notre dégoût est la plupart du temps contextuel et n'a rien à voir avec le désamour. De plus le mot amour prend des nuances diverses suivant les langues et cultures.

     

        En France nous usons et abusons de ce mot que nous mettons à toutes les sauces. Cela devient même un couperet qui nous permet d'inclure ou d'exclure n'importe quoi et n'importe qui pour telle ou telle 'raison'. Nous devrions plutôt dire que certains aspects d'une chose, d'une personne nous plaît ou nous déplaît. En anglais par exemple on emploie le mot 'like'  ou 'dislike' qui est moins fort que 'love'. En espagnol 'te quiero' qui veut dire 'je te veux', 'je te désire', en italien 'ti voglio bene', 'je te veux du bien' pour dire je t'aime, ce qui est certainement plus juste lorsque nous avons une attirance pour quelqu'un. Nous pourrions trouver maints exemples dans d'autres langues et cultures dont je ne soupçonne même pas l'existence...

     

        Si nous prenons le fait d'aimer par l'autre bout encore une fois, nous allons ressentir autre chose. Comme si nos humeurs et nos choix dépendaient essentiellement de notre façon d'appréhender notre univers. Je vous mets au défi de trouver quelqu'un un tant soit peu équilibré qui ne soit pas émerveillé ou admiratif du fonctionnement extraordinaire du cosmos, de la nature en général. On peut dire alors qu’il aime la nature ou du moins ses aspects les plus esthétiques, ses fonctionnements les plus ingénieux. Cela nous renvoie à une dimension 'Universelle' de l'amour.

     

        Ce qui nous effraie et rebute le plus souvent c'est ce qui choque notre sens moral et esthétique, issu de notre ignorance et de notre formatage culturel, éducation familiale et scolaire comprise. Cela inclut entre bien d'autres choses, la mort, la destruction et l'apparente 'cruauté des chats'! (pourtant la plupart d'entre nous les 'aiment'). Quand nous comprenons que notre monde n'est pas fini, que la Vie elle-même a des ressources infinies (car absolue), nos perspectives changent pour ces aspects-là aussi. Ce qui nous semble des fatalités aujourd'hui ne le seront plus demain, non pas grâce aux progrès technologiques, aux I.A. et l'augmentation de l'humain par exemple, mais avant tout par l'émergence de la conscience qui accompagne l'élévation vibratoire de notre dimension Terrestre.

     

        L'Univers en perpétuelle évolution est beaucoup moins brutal et cruel que ce que nous voyons avec nos yeux humains et nos valises pleines de peurs!

     

        Par conséquent, avant d'arriver à ce stade, beaucoup de gens ne s'aiment pas eux-mêmes, pour les raisons évoquées plus haut ou autres formes de misanthropie. Cela représente un gros handicap que je qualifierais de 'majeur' au-delà des 'infirmités' dites physiques et 'troubles' psychiques.

     

        La pensée 'unique' ou 'égotique' étayée par des informations partielles, a établi de nombreuses 'preuves' selon lesquelles l'homme (les femmes moins de manière générale, nous y reviendrons) est destructeur et donc 'mauvais'. En fait ce n'est que superficiellement juste. Si nous posions dans la balance d'un côté les 'bonnes' actions et de l'autre les 'mauvaises' nous serions surpris de voir l'aiguille pencher fortement du côté du 'bon'.

     

       Pour une action néfaste sciemment désirée des milliers de gestes quotidiens sont actés de façon positive ne serait-ce que pour nourrir, éduquer, choyer, protéger, aimer nos enfants, nos proches, nous-même et la nature tout cela sans 'publicité' . En terme de propagande les valeurs sont globalement inversées. La lumière est braquée sur ce qui va 'mal' et l'ombre cache ce qui va 'bien' .

     

        Ne nous méprenons pas, je suis depuis longtemps sensible et conscient des fléaux de ce monde et des dangers qui nous guettent. Encore une fois, c'est la volonté acerbe d'une minorité 'd'entités' et de personnes coupées de leur véritable nature qui jouent leur rôle de 'méchants' dans cette pièce de théâtre. Ils ont ou auront leur juste rétribution tôt ou tard comme tout un chacun.

     

     

       La volonté tacite et Divine commune à la plupart des membres de la grande famille humaine est de créer un paradis sur terre, de vivre dans le bonheur et l'harmonie! Cette époque trouble est divinement offerte pour nous sortir de notre torpeur et grandir en conscience...

     

        N'oublions pas que non seulement nous sommes impliqués dans tout cela mais surtout que toute cette noirceur est en nous et nous en sommes les créateurs inconscients la plupart du temps. Cela était vrai jusqu'à présent! Maintenant si cet état de fait ne nous convient pas (euphémisme) faisons de notre éveil personnel notre priorité, balayons à notre porte et nos vies changeront pour le meilleur...

     

    A propos du passage de l'amour humain à l'amour Divin, James Redfield dans son livre 'La Prophétie des Andes' décrit de façon romancée et en détail, comment les relations humaines vide d'Amour inconditionnel sont vampirisantes énergétiquement alors qu'inversement elles sont épanouissantes et libératrices lorsque la connexion au Soi est présente.

     

        Autre chose, l'éducation répandue qui consiste à brimer les enfants d'une manière ou d'une autre est une catastrophe. Certaines armées utilisent cette méthode pour 'casser' les égos, l'estime et l'amour de Soi, générer les frustrations et 'la colère du soldat', afin de soumettre totalement la personne aux commandements. C'est littéralement un crime de lèse-majesté, un fléau qui se perpétue de génération en génération. Seulement si je le prends à mon compte, je n'ai pas à blâmer, ni les institutions, ni mes parents, ou autre 'éducateur' puisque je l’ai créé de toute pièce afin de montrer 'qui je suis' dans cette formidable roue d'infortune.

     

        D'où vient ce non-amour de Moi dans Mon histoire? De toute façon, un jour ou l'autre, la nature refait surface et le sentiment d'Amour de Soi éclot, même des siècles après de funestes évènements. De plus l’ego ne se détruit pas, c'est comme aimer de force, cela n'existe pas. L'ego ne peut que se fondre ou devenir transparent, s'inclure, se résoudre dans l'Amour de Soi et l'Amour de Soi ne se réalise que dans la liberté d'être.

     

        Ces comportements auto-destructeurs peuvent avoir leurs racines très loin en arrière au-delà de la petite enfance, dans des cycles de vies ou la vie d'un être lambda ne jouissait d'aucune considération, des vies où nous n'avions même pas de nom, nous étions juste des proies et des esclaves. Même dans cette vie, il arrive que nous nous créons des parents non aimants qui fuient leur parenté et sont remplacés par d'autres qui parfois ne sont pas meilleurs pour autant.

     

        Ensuite nous risquons de reproduire ce schéma pathétique avec nos propres enfants et dans nos rapports avec nos partenaires de vie, cela est bien connu. Tout ceci fait partie de notre parcours évolutif dans le sens que nos destins sont intimement liés, interconnectés. Nos descentes et remontées n'affectent pas que nous mais aussi toute la communauté humaine, notre monde et au-delà... Mettez en place des religions qui renient la nature humaine, la qualifient de pécheresse ou mauvaise et le tableau est complet!!

     

        Pour sortir de cette navrante situation, certaines personnes (j'en ai croisé bon nombre) ont besoin de temps et d'attentions, de dénouages intérieurs, de thérapies parfois, pour retrouver le chemin ne serait-ce que de leur amour propre.

       Il est toujours possible de s'Aimer soi-même car l'Amour est notre nature. Cela demande de lâcher nos peurs pour que cette Divine Nature s'exprime en nous...

        De nombreux enseignements actuels stipulent qu'il est impossible d'aimer véritablement si nous nous ne nous aimons pas nous-même. Certes, mais cela ne nous dispense ni ne nous empêche de passer par l'amour de l'autre, même bancal, pour arriver à l'Amour de Soi. L'Amour est comme l'eau qui prend le chemin que la topographie et la nature du terrain lui fournissent avec l'aide de la force gravitationnelle pour arriver à la mer. Un amour peut sembler prendre des formes et des chemins détournés en dessinant des méandres incompréhensibles pour l'intellect, mais « le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas » (Pascal). Tous ces chemins d'amours apparemment maladroits mènent à la Conscience d'Unité. Cela prend le temps nécessaire, même s’il nous semble interminable.

     

        L'amour 'humain' semblant si imparfait représente la faille parfaite pour que l'Amour Divin se manifeste à un moment ou un autre. Ce n'est qu'une question de temps. Un peu comme le ruisseau qui de sa source grossit peu à peu en torrent en creusant sa vallée dans la montagne, devient fleuve, puis océan...

     

        En ce qui concerne l'Amour de soi et le don en général, Neal Donald Walsh dit dans ses ouvrages de Conversation avec Dieu :

    «Si tu n'arrives pas à te donner quelque chose, alors donne-le à quelqu'un d'autre...»

     

        En réalité, c'est la même chose car il ne s'agit peut-être pas de ma propre personne, mais bien du même ÊTRE. Donner de l'Amour Inconditionnel à soi-même ou à 'l'autre' est un acte de reconnaissance et de dévotion envers la Divinité en toute chose et la sacralité de la Vie.

     

        L'Amour Inconditionnel est l'unique chemin aux multiples formes pour retourner à La Maison, au Jardin d'Eden, au SOI Eternel.

     

        Si encore une fois je n'arrive pas à m'aimer, je peux commencer à m'accueillir tel que je suis ici et maintenant, pour la seule et bonne raison qu'il n'y pas d'autre lieu ni moment pour démarrer le processus de retour à Soi. Encore une question de volonté, celle-ci se déclenche de façon 'systématique' lorsque l'âme arrive au bout de son expérience de 'vacuité affective, de non-amour', de tentative d'auto-destruction, ayant bu la coupe de la souffrance jusqu'à la lie et crie: 'Stop! Assez!'

     

        C'est inéluctable, comprenons bien que l'expérience de la souffrance par la peur, qui en réalité est celle de la séparation illusoire du soi d'avec le SOI est l'expérience même de la limitation!

     

        A terme, nous sommes appelé à Aimer quoiqu'il en soit, le seul choix qui nous reste et celui du quand! Une fois que je me souviens de ce que je suis réellement cela va de Soi, il n'y a plus de résistance, nous appelons cela aussi le lâcher prise, lâcher l'emprise des peurs sur nos vies..

     

        Je m'accueille tel que je suis dans l'Amour de moi, comme j'accueillerai un enfant maladroit qui a cru faire une bêtise parce qu'il se juge lui-même! Je reviens à la Conscience témoin dans le détachement de toutes suppositions quant aux interprétations extérieures de mes actes passés , ainsi que de mes propres jugements. Ceci concerne le passé et rien que lui, même s'il a eu lieu il y a cinq secondes, c'est du passé!... Avant tout nous subissons les conséquences de notre aveuglement, de nos programmations diverses, de l'oubli de 'ce que nous sommes réellement'.

     

        Quels que soient les 'crimes' que nous ayons semblé commettre, ils ne sont pas irréparables, quand le temps des résolutions arrive nous retrouvons ce qui nous est cher. Il advient un stade de conscience où même le pardon n'a plus cours, il est dilué dans la Conscience absolue qu'il n'y a pas eu d'erreur, ni d'offense, il ne reste plus que le simple vécu...

     

        Maintenant pour ceux qui ont du mal à parvenir à s'aimer, voici ma proposition pour amorcer le processus de réappropriation de notre Demeure d'Amour à l'intérieur de Soi. Pour ce faire, je nous invite à prendre le temps de nous recueillir dans un endroit paisible et accueillant:

     

        1. Je me place en Conscience Témoin, je respire profondément, je reconnais déjà que cette attention est un acte d'Amour de Soi et je l'accueille sans me juger.

     

       2. Toujours en Conscience Témoin je suis dans une attitude pour le moins bienveillante et ensuite je me donne tout l'amour que je donne ou cherche à l'extérieur...

     

        3. Si la dernière étape me semble inatteignable, j'accueille cette situation et l'accepte en toute humilité, c'est encore une façon de se donner de l'amour. Cela peut paraître modeste, mais en réalité c'est un pas immense qui va permettre les progrès ultérieurs, en réalité, en terme véritable d'Amour il n'y a pas de petites ou grandes dimensions.

     

        4. Si je n'arrive pas à m'aimer à cause de ce que je considère comme mes 'fautes de parcours', je les regarde dans leur ensemble en réalisant que J'ai vécu mon histoire personnelle compte tenu de mon état de conscience de l'époque. Je grandis en Conscience par l’acte de m'occuper de moi-même ici et maintenant. Le passé est révolu et n'existe que dans des dimensions intérieures, dans la grande bibliothèque de la Création appelée aussi les mémoires Akashiques. Je me concentre sur le temps présent.

     

        5. Si je n'arrive toujours pas à commencer à m'aimer pour quelques 'raisons', je continue à aimer le plus possible autour de moi, les êtres proches humains (ou 'non-humains), animaux, plantes ou lieux, ainsi que les activités qui me procurent du plaisir. Je m'imagine être en présence de ces amours ressentis. Si je n' ai pas d'activité qui me procurent plaisir, satisfaction et sentiment d'accomplissement, alors ils est temps de m'y mettre, c'est un autre acte d'amour pour moi-même. Les méditations et contemplations le sont aussi en me donnant l'occasion de me connecter pleinement au Soi. Je me donne de l'espace et du temps! Quand je vais commencer à réaliser que Tout ce que je vis et aime à l'extérieur est en réalité en Moi, alors je vais retourner cet amour à l'envoyeur: mon propre cœur.

     

        6. Je prends la résolution d'encourager aussi les autres à s'aimer eux-mêmes, surtout les enfants! Réalisons enfin que Tout acte d'Amour sincère et désintéressé quel qu'il soit est véritablement au final un acte d'amour envers Soi-même. Cela peut paraître incongru, ou déplacé dans nos cultures dévoyées, mais en réalité il n'y a rien de plus naturel.

     

        Donner, faire plaisir autour de moi est une jouissance pour le Soi! En faisant cela je me donne aussi du plaisir, c'est un acte d'amour et de don de Soi thérapeutique!

     

        Intrinsèquement, les choses et les êtres qui m'entourent n'ont rien de plus que moi, c'est mon âme blessée qui leur donne plus d'importance, en réalité tout est égal.

     

        Ce sont mes capacités d'appréciation et d'Amour qui donnent une valeur à tout ce qui m'entoure et rien d'autre, qu'il s'agisse d'or ou bien de personnes! Dès que je commence à me reconnaître dans ce que je donne, alors j'apprends aussi à recevoir, c'est l'autre geste du don de soi.

     

    LA RÉCEPTION DE L'AMOUR EST LA SEULE INTENTION ET LE SEUL TÉMOIGNAGE DE SON EMISSION.

     

        Si vous pensez que vous donnez de l'amour dans le vide, que vous n'en recevez pas en retour et que vous en êtes le seul témoin, cela est faux. En réalité le GRAND TOUT le reçoit, DIESSE et sa Création, en d'autres termes vous-même! Une fois que je m'aime autant que je puisse aimer, alors je retrouve mon intégrité car je ne cherche plus désespérément cet amour à l'extérieur pour combler un vide d'affect et d'estime de Soi fictifs, je me retrouve enfin!

     

    EN RÉALITÉ, AU FOND DE MOI J'AI TOUJOURS SU QUE JE SUIS, AI TOUJOURS ÉTÉ ET SERAI TOUJOURS L'AMOUR ÉTERNEL, INCONDITIONNEL ET ABSOLU.

    CET AMOUR DE SOI EST LE PHARE DE MON EXISTENCE,

    CE QUI DONNE SENS A MA VIE EN TOUTES CIRCONSTANCES.

     

    DS


    votre commentaire
  •  

     

    «MOI, LE SANS NOM, EN DEÇÀ TON CORPS, AU FOND DE TON ÂME, JE SUIS LUMIÈRE ÉTERNELLE.

    ET JE JOUE A CACHE-CACHE AVEC MOI-MÊME PAR MA CRÉATION, DIVINEMENT, DE TOUTE ÉTERNITÉ.

    JE SUIS LE VRAI TOI, TON CENTRE, TON MOI PROFOND, LE SOI, L'ÊTRE, L'ESPRIT, DIESSE, AMOUR INCONDITIONNEL,

    TON PHARE, TON GUIDE, TON AMOUR, TA SUBLIME NOURRITURE, TA JOIE, TA LIBERTÉ ET TON ACCOMPLISSEMENT.

    LA SOURCE CRÉATRICE DE TON UNIVERS A TON IMAGE ET RESSEMBLANCE, DE TOUT CE QUE TU PERÇOIS ET VIS À JAMAIS.»

     

        Nous abordons ici un énorme et délectable morceau conceptuel, qui mis en pratique consciencieusement peut faire des miracles, pour le moins améliorer nos vies. Afin d'éclairer le principe créatif en général, d'après ce que j'ai posé en introduction, (voir aussi le chapitre sur les niveaux d'identité: Créatrice, Créateur, Création, Créature et Apocalypsis), en le prenant par l'autre bout, cela donne:

     

    "TOUT CE QUI EST" est l'ÊTRE unique que je nomme DIESSE. 

    LA PIERRE DE FONDEMENT ET LA CLÉ DE VOÛTE DE NOTRE ÉDIFICE SPIRITUEL,

    L'ALPHA ET L’OMÉGA D'UNE VIE DE PLÉNITUDE EN CONSCIENCE DE SOI,

    EST NOTRE IDENTIFICATION PROFONDE A NOTRE NATURE DIVINE.

     

        Jusqu'à présent, seules quelques personnes clairvoyantes et engagées ont, individuellement par leur ouverture intérieure, incarné cet aspect immanent de la Vie (si l'on peut définir l'infini, l'absolu en langage humain) en le diffusant autour d'eux pour les 'aveugles' ou les 'timorés’. Il est rare qu’un message clair ait pu être entendu parce que trop dérangeant, subversif ou inatteignable. Ce phénomène est naturel, car il s'agit d'approches de l'absolu dans un contexte relatif qui est le nôtre...

     

        Créer, c'est manifester notre Divinité et celle-ci peut prendre de multiples formes, nous créons notre propre réalité de façon inconsciente et involontaire la plupart du temps. Le défi ici et de prendre conscience de cette énorme partie immergée de l'iceberg et lui donner la direction souhaitée et non celle subie.  Nous ne sommes pas seulement limités aux supports matériels tels que les arts, les constructions physiques et intellectuelles pour créer, nous sommes aussi créateurs de toutes les réalités illusoires, relatives à notre condition d'être, qu'elle soit humaine ou autre.

     

        C'est à travers le filtre vibratoire de nos croyances profondes que nous créons notre paradigme existentiel de façon inconsciente pour une grande part, mais ceci ne nous dédouane en rien de notre responsabilité absolue!

       Alors mieux vaut en être conscient...

     

        En d'autres termes si nous créons Tout, nous créons aussi les règles du jeu, aussi bien les lois physiques qui nous entourent que le cadre moral ou éthique d'ordre religieux, culturel, familial, sociétal ou politique de nos conditions humaines. Nous créons littéralement ce qui est engrammé vibratoirement dans nos cellules, nous pouvons nous programmer et déprogrammer à volonté en trouvant les clefs du fonctionnement de ces programmations, c'est cette capacité que je vous propose ici de découvrir, de revoir, d’expérimenter. Cela peut sembler complètement impossible ou loufoque pour certains, mais, je le redis, nous avons le pouvoir intrinsèque de changer les lois physiques de la matière et de l'esprit par notre volonté et notre habileté. Cela arrive aussi dans certains cas de manifestations 'spontanées' qui alors sont choisies inconsciemment par les personnes impliquées pour des raisons spécifiques. Ce sont les phénomènes dits 'paranormaux' que nous n'arrivons pas à nous expliquer par des concepts matérialistes.

     

        Paradoxalement toutes ces « réalités » sont au final... des illusions, mais cela n'enlève rien à leur qualité, c'est simplement un acte de conscience que de les appréhender de cette manière. Seule LA VIE c’est à dire L’UNITÉ EN TOUTE CHOSE est absolument Réelle car incorruptible et éternelle. Vie, Unité, Diesse, Brahma (c'est ainsi que les Hindous nomment la Divinité Absolue comme nous Dieu, Yahvé ou Allah) sont d'autres noms pour désigner l'Amour éternel et Inconditionnel.

     

        Bien! Après cette mise au point nécessaire à mon sens, la question est la suivante: comment puis-je créer mon expérience de vie de façon consciente et fidèle à mes aspirations profondes?

     

        D’abord, intégrer le fait incontournable que nous sommes les créateurs de notre propre réalité, cela va de soi, il me semble l'avoir suffisamment évoqué (article: Créatrice, Créateurs, Créatures et Créations). Ensuite, porter une attention bienveillante sur notre situation actuelle en l'acceptant totalement puisque c'est Notre création! Je fais la paix avec moi-même. -Je vous assure qu'à plus ou moins longue échéance tout est réparable, rien ne résiste à une volonté bien assise et à une grande patience!- Enfin, formuler notre intention de créer le devenir que nous désirons avec concentration et détermination, c'est à dire avec foi! En posant les actes cohérents qui attestent notre volonté de prendre la direction choisie.

     

        Cela implique que nous demandions à notre Diesse intérieure ce que nous désirons le plus au monde. Mais notre demande doit être claire et en conscience de notre état d'être. Je ne demande rien sous l'impulsion d'une émotion dite négative, c'est là que je peux faire le jeu des forces obscures qui elles aussi sont en moi. Est-ce que je souhaite prendre ce chemin suicidaire? Même si c'est pour une seule fois, souvenez-vous que ce que nous croyons faire aux autres c'est à nous que nous l'infligeons littéralement!...

     

        En réalité notre aspiration la plus authentique est ce que notre âme nous demande du fond de nos cœurs, c'est la volonté de Diesse elle-même. Notre ressenti nous éclaire. Celui-ci demande une attention fine et soutenue, il n'y a pas de lumière sans un engagement profond. On appelle cela aussi de l'alignement. D'autre part, juste après avoir pris conscience de notre constitution divine, nous pouvons éprouver un blocage à lui transmettre une demande. Dans ce cas nous pouvons la remplacer par une puissante intention, dans la conscience de 'qui je suis réellement'. La volonté est le moteur qui suit la prise de décision d'assumer son choix.

     

        Encore une fois, comme dirait Diesse Ghis (Ghislaine Lanctôt, Personocratia), c'est s'investir, consacrer du temps et de l'énergie à son âme. Pas question de faire les choses à moitié ou du bout des lèvres. Dites-vous que votre création est déjà prête dans une dimension subtile, vous n'avez plus qu'à la manifester dans la matière. En la visualisant comme en sophrologie, immergez-vous dans votre désir en le ressentant le plus intensément possible, l'imagination fait des miracles. Imaginer c'est vraiment visiter, capter un plan vibratoire, une dimension subtile de création qui, vécue de façon intense, (à plusieurs reprises si nécessaire) induit la matérialisation de nos souhaits. Ensuite laissez venir avec confiance et détachement quant aux résultats, Diesse ne s'encombre pas de doutes saboteurs.

     

    SENTONS-NOUS DIVINS ET NOUS CRÉONS ALORS CE À QUOI NOTRE CŒUR PROFOND ASPIRE.

    SI DIESSE ATTEND UNE SEULE CHOSE, C'EST NOTRE IDENTIFICATION, UNION CONSCIENTE À LUI/ELLE.

     

        Autrement dit ce n'est pas en nous soumettant à une divinité extérieure, à un gourou ou à un chamane (avec tout mon respect envers leurs authentiques représentants) que nous allons maîtriser quoi que ce soit, cette démarche loin de nous libérer nous rendrait dépendant. Chacun fait son chemin sur la route de la réalisation de Soi, en ce qui concerne l'humain cela se fait souvent à grands détours. Cependant pour que le nôtre soit cohérent, il est indispensable que nous arrivions à une autonomie et une intégrité certaines. L'aide extérieure -comme l'intention- doit être consciente et bienveillante pour se construire. Elle doit juste se limiter à l'impulsion, à l'initiation, mais en aucun cas devenir une dépendance, cela reviendrait à un déni de Soi.

     

        La seule dépendance réelle est celle de l'Amour Divin, de soi vis à vis du SOI, à DIESSE qui est à l'intérieur de moi et non à l'extérieur. Toute autre n’est que translation, transfert, compensation, car notre âme ainsi que notre corps aspirent à rester unis à l'ÊTRE en Conscience! Ces autres dépendances envers une personne, un maître, une maison, un pays, une drogue, une habitude, un rituel, ou un Dieu extérieur sont illusoires comme Tout ce qui est extérieur.

        Il y a deux forces antagonistes d'ordre magnétique qui créent notre vécu. La première est l'Amour, la deuxième est le non-Amour, ce qu'on appelle la peur. Autrement dit Diesse et son déni. C'est l'une des raisons fondamentales pour laquelle il est si important d'être en contact avec notre ressenti. C'est lui qui va m'informer dans laquelle de ces deux énergies basiques je me trouve.

        A chaque instant les deux voies s'offrent à moi: celle de la peur, de la séparation, de la désintégration ou celle de l'Amour de l'unité et de l'intégration.

        Si je me sers de la création consciente pour jouer aux quilles, alors préparons-nous à devenir l’une d’entre elles. Faire sciemment du tort quelle que soit la cible (humaine, animale, végétale, minérale...) c'est littéralement se tirer une balle dans le pied! Désirez-vous devenir une âme 'damnée'? 'Condamnée' à payer ses dettes de souffrances? Attention à la baisse de notre taux vibratoire, à la spirale descendante... La création vraiment consciente ne se fait pas au détriment d'autrui, ni de quoi que ce soit, sinon ce n'est pas de la véritable conscience, car je sais pertinemment que je suis aussi l'autre! Ce que je lui fais, je me le fais à moi-même, les conséquences de mon geste me toucheront au moment et au lieu opportuns en 'mauvais' ou en 'bon', à moi de choisir. Nous appelons cela aussi le Karma. Plus je suis sensible et éveillé, plus le retour sera rapide. Le boomerang de l'Esprit est réglé de plus en plus serré au fur et à mesure de mon avance.

     

        Donnons-nous du temps, de la conscience et de l'Amour. Si nous n'arrivons pas à aménager notre espace et notre temps, c'est que quelque chose ne tourne pas rond dans notre vie. Pour les parents affairés je dis ceci: les enfants sont beaucoup plus autonomes et protégés par leur âme que nous ne le croyons, même les tout-petits. Pour le moins, trouvons quelqu'un de confiance autour de nous pour les prendre sous leurs ailes deux ou trois fois par semaine si nous n'avons pas de conjoint , et consacrons du temps pour nous! S’il n'y en a pas alors créons-le!!!

     

        Si la 'réussite' de nos enfants dépend de notre reniement intérieur, ce n'est pas un progrès, c'est une récession. Encore une fois cela est question de ressenti, je ne dis pas que ce soit facile, mais cela mérite d'y porter une réelle attention avant de se laisser engloutir par une situation apparemment inextricable. je suis bien placé avec mes trois enfants pour le savoir.

     

        Même chose pour les personnes qui ont un travail prenant, si la surchauffe dure plus que quelques mois, posons-nous des questions sur le sens de ces sacrifices! On peut même se les poser avant de commencer en se demandant si le projet professionnel est vraiment utile et épanouissant pour toutes les parties concernées. Cela vient de mon cœur ou de ma peur? Peur de manquer, de ne pas être... Est-ce que le projet sert tous les maillons de la chaîne? Si je suis réellement aligné alors ce projet doit les respecter des concepteurs aux bénéficiaires sans oublier les intermédiaires, envisager des financements sains, équitables et surtout prodiguer attentions et remerciements à Dame Nature! Cela vaut aussi pour toute activité lucrative ou autre. C'est une perspective différente, si toutes ses conditions sont réunies alors je peux aller de l'avant. Sinon je passe à autre chose. De toute évidence comme pour les ressources de notre planète, un stress important sur nos psychismes et nos corps ne peut durer éternellement.

     

        En résumé: priorité de l'Être sur le paraître, faire et l'avoir. Je peux créer en conscience par mon engagement intérieur et ma conscience. C'est la situation idéale pour atteindre mes objectifs dans l'épanouissement, je ne m'attache pas aux résultats. A ma grande surprise ceux-ci peuvent être autres que ce que j'avais projeté, c'est simplement que mon âme avait besoin d'intégrer cette étape. Il se peut que l'issue non conçue d'une quête puisse être plus enrichissante que ce que nous aurions imaginé au départ. Si cela n'est pas le cas c'est que l'intention n'était pas claire et si je ne suis pas satisfait du résultat, je peux toujours remettre le couvert en me réajustant...

     

        'Les miracles se trouvent sur le chemin de mon cœur.'

    Joëlle Achilée

     

        Au sujet de la guidance intérieure, je vous propose ma version de la méthode 'priorité au principe féminin', (voir l'ouvrage 'Que diable suis-je venu faire sur cette Terre ?' de Ghislaine Lanctôt, -Ghis-):

     

    1. Le principe féminin: je me mets intérieurement en posture de réceptivité. 

        Je suis à l'écoute de mon âme, attentif à ce qu'elle me dicte ou de ce dont elle m'avertit. Si une voix, une pensée, une vision, une impulsion intérieure me demandent de causer du tort à qui que ce soit, humain, animal, même végétal ou minéral, à ce que nous nommons communément notre environnement, mais qui ,en fait est nous-même sous une autre forme, alors le message ne vient pas du fond de mon âme, mais de sa périphérie brouillée par une entité ou un programme parasite liés à la peur. Je vous invite à regarder de près chaque geste du quotidien, prenons le temps de nous observer. Est-ce que j'agis sous l'élan de l'Amour ou l'impulsion de la peur ? Très souvent il y a une peur cachée derrière nos gestes, souvent déguisés en faux amour, celui de nos addictions (attachements). Demandons-nous aussi quels sont les moteurs de ces fameux 'il faut' et je 'dois'. Les 'droits et devoirs' humains sont remplis de doutes, de gardes-fous, d'injonctions qui visent à sauver les apparences tellement mis en avant dans notre sacro-sainte civilisation matérialiste invasive. A finalités mensongères, dogmes mensongers. C'est un pléonasme, les dogmes sont là pour nous faire avaler des couleuvres et nous dévier de notre libre arbitre. Il y a aussi tous les gestes compensatoires d'un vide intérieur (manque d'Amour de Soi) que sont les nombreuses formes d'addiction, de consumérisme en tous genres, (objets, psychotropes, médecines, distractions, jeux, sexe, argent etc...)

       Alors qu'est ce qui vient de l'âme ? De l'Esprit Sain(t)? C'est cette idée lumineuse, cette douce voix, ce geste élégant, cette ouverture, cette envie de grandir intérieurement, de s'épanouir, cela peut passer par un nouveau centre d'intérêt, un engouement, une réminiscence de rêve d'enfant, une envie de liberté, de se découvrir soi-même à travers le monde, un voyage, une formation, etc... Cela peut prendre la forme d'une rencontre, d'une synchronicité (quand plusieurs évènements similaires coïncident sans lien apparent comme un message qui se répète), d'une émission, d'un livre, d'une œuvre artistique etc...

        Si cela fait Oui ou Aaaah ! à l'intérieur, même si cela semble à première vu incongru, surprenant, irréalisable, alors l'intention et la bonne...

        Maintenant que faire ? C'est la deuxième étape, suivons le lapin blanc...



    2. Le principe masculin: je pose l'acte.

        J'obéis purement et simplement à la suggestion de mon âme en donnant la priorité au principe féminin. C'est ce qui nous maintient sur la 'voie sacrée' ou la 'blue print' comme disent les anglo-saxons. Si mon cœur me dicte d'aller à droite ou à gauche alors j'y vais. Nous agissons presque tous ainsi la plupart du temps de façon inconsciente comme pour beaucoup de choses dans notre vie. C'est surtout pour les actes clefs, les 'décisions importantes' qui manifestement vont changer le cours de nos vies, que la question du oui ou du non, du choix, se pose de façon aiguë. Je peux être amené à prendre des risques devant un obstacle qui me paraît insurmontable parce que je n'ai qu'une vision partielle du tableau. L'Être ne stresse pas. Si je dois poser un acte qui me met hors de ma zone de confort, ou relativement en danger, c'est mon manque de confiance qui se manifeste et je dois regarder du côté de mes peurs. Je m'en occupe en les accueillant, je les regarde en conscience témoin, sans juger, dans l'amour de Moi. Ces émotions résiduelles portent souvent une information de traumatisme et nous éclaire sur notre vécu occulté, non assumé. Je me guéris de mes peurs en les conscientisant et en les transmutant (voir l'article 'Gestion de crises'). Si l'acte me paraît énorme, hors de portée, c'est que je n'ai pas conscience de mes ressources, le manque de confiance est une peur sourde du Soi, une timidité. C'est un manque de foi en ce que Diesse peut accomplir, nous ne sommes pas seuls à l'intérieur, je peux vous assurer qu'il y a là des équipes bien rodées à la manifestation de choses que nous croyons impossibles, de ce qui nous semble être des miracles. L'important est de mobiliser ma volonté dans le sens de ce que me dicte ma conscience, car je sais que c'est la meilleure voie pour mon accomplissement et celui de mon univers aussi. Alors je pose l'acte, si c'est trop compliqué de le poser entièrement dès le départ, alors je le fais par étape, j'avance pas à pas, il y a toujours une solution! Ainsi je fais confiance et le résultat ne se fera pas attendre.

     

    3. Le principe filial ou de fruition (Ghis le nomme le principe de l'Esprit Saint): c'est l'attitude d'accueil dans la gratitude de la manifestation de mon intégrité.

        C'est là que notre Univers se plie en quatre pour réaliser ce que nous souhaitons avec ferveur. Il suffit de lui donner le feu vert sans regrets. Cette réalisation peut prendre des formes multiples comme des synchronicités, des manifestations souvent inattendues mais toujours bénéfiques sur le long terme. C'est une amélioration de notre situation, une résolution d'un problème qui semblait insoluble, un cadeau du ciel. Elle peut être la matérialisation d'un vœu antérieur, parfois oublié, enterré, comme un rêve d'enfance. C'est en tout état de cause une étape vers la réalisation de Soi, parfois aussi une sortie de situation inconfortable inconsciente, nous le réalisons après un changement. Ces manifestations peuvent être étonnantes, déroutantes, même provocantes ( dans le sens de mettre au défi), mais c'est toujours pour l'épanouissement de notre rayonnement, un tour de plus dans la spirale ascendante, une accélération de notre taux vibratoire. Nous sortons alors grandi de ce genre d'expérience, empuissancé dans le bon sens du terme, une marche de plus est gravie vers notre accomplissement.

     

        Ghis dit souvent : 'Je donne carte blanche à mon âme'.

        C'est la meilleure façon d'appliquer le principe de création Divine que nous venons d'évoquer.

     

    DS

     



     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires