• Création de réalités

     

    «MOI, LE SANS NOM, EN DEÇÀ DE TON CORPS, AU FOND DE TON ÂME, JE SUIS LUMIÈRE ÉTERNELLE.

    ET JE JOUE A CACHE-CACHE AVEC MOI-MÊME PAR MA CRÉATION, DIVINEMENT, DE TOUTE ÉTERNITÉ.

    JE SUIS LE VRAI TOI, TON CENTRE, TON MOI PROFOND, LE SOI, L'ÊTRE, L'ESPRIT, DIESSE, AMOUR INCONDITIONNEL,

    TON PHARE, TON GUIDE, TON AMOUR, TA SUBLIME NOURRITURE, TA JOIE, TA LIBERTÉ ET TON ACCOMPLISSEMENT.

    LA SOURCE CRÉATRICE DE TON UNIVERS A TON IMAGE ET RESSEMBLANCE, DE TOUT CE QUE TU PERÇOIS ET VIS A JAMAIS.»

     

        Nous abordons ici un énorme et délectable morceau conceptuel, qui mis en pratique peut faire des miracles, pour le moins améliorer nos vies. D'après ce que j'ai dit plus haut, (voir aussi le chapitre sur les niveaux d'identité: Créatrice, Créateur, Création, Créature et Apocalypsis), si je le prends par l'autre bout, cela donne:

     

    "TOUT CE QUI EST" est l'ÊTRE unique que je nomme DIESSE.

     

        -J'emploie le terme Diesse (cf Ghis, Ghislaine Lanctôt), la fusion entre les appellations Dieu et Déesse, car il y n'y a pas de genre neutre en Français. L'ÊTRE (un autre nom pour désigner Diesse) potentiel absolu intégrant la dualité, laquelle s'exprime dans notre Univers par le yin et le yang, le masculin et le féminin. Elle sera choisie comme fondation structurelle de notre Univers, en tant que contenu et contenant, pôles positif et négatif. Au retour du cycle de séparation, unifiée et intégrée par l'Amour, cette dualité se fond dans l'unité en passant par une forme d'androgynie et finalement ingenrée.-

     

        Diesse, le Soi, la Source, l'ESPRIT, l'ÊTRE etc. est le Dieu suprême que les religions monothéistes et certaines polythéistes ont tenté d'approcher à leur façon. Je dis bien tendre vers l’appréhension la plus juste, relative à l'époque, à la culture du peuple adepte.

     

    LA PIERRE DE FONDEMENT ET LA CLÉ DE VOÛTE DE NOTRE ÉDIFICE SPIRITUEL,

    L'ALPHA ET L’OMÉGA D'UNE VIE DE PLÉNITUDE EN CONSCIENCE DE SOI,

    EST NOTRE IDENTIFICATION PROFONDE A NOTRE NATURE DIVINE.

     

        Jusqu'à présent, seules quelques personnes clairvoyantes et engagées ont, individuellement par leur ouverture intérieure, incarné cet aspect immanent de la Vie (si l'on peut définir l'infini, l'absolu en langage humain) en le diffusant autour d'eux pour les 'aveugles' ou les 'timorés’. Il est rare qu’un message clair ait pu être entendu parce que trop dérangeant, subversif ou inatteignable. Ce phénomène est naturel, car il s'agit d'approches de l'absolu dans un contexte relatif qui est le nôtre...

     

        Créer, c'est manifester notre Divinité et celle-ci peut prendre de multiples formes, nous ne sommes pas seulement limités aux supports matériels tels que les arts, les constructions physiques et intellectuelles, nous sommes aussi créateurs de toutes les réalités illusoires, relatives à notre condition d'être, qu'elle soit humaine ou autre.

     

    C'EST A TRAVERS LE FILTRE VIBRATOIRE DE NOS CROYANCES PROFONDES QUE NOUS CRÉONS NOTRE PARADIGME EXISTENTIEL, C'EST CE QUE NOUS APPELONS LE LIBRE ARBITRE, ENGAGEANT NOTRE RESPONSABILITÉ DE FAÇON ABSOLUE.

     

        En d'autre termes si nous créons Tout, nous créons aussi les règles du jeu, aussi bien les lois physiques qui nous entourent que le cadre moral ou éthique d'ordre religieux, culturel, familial, sociétal ou politique de nos conditions humaines. Nous créons littéralement ce qui est engrammé vibratoirement dans nos cellules, nous pouvons nous programmer et déprogrammer à volonté en trouvant les clefs du fonctionnement de ces programmations, c'est cette capacité que je vous propose ici de découvrir, de revoir, d’expérimenter. Cela peut sembler complètement impossible ou loufoque pour certains, mais, je le redis, nous avons le pouvoir intrinsèque de changer les lois physiques de la matière et de l'esprit par notre volonté et notre habileté. Cela arrive aussi dans certains cas de manifestations 'spontanées' qui alors sont choisies inconsciemment par les personnes impliquées pour des raisons spécifiques. Ce sont les phénomènes dits 'paranormaux' que nous n'arrivons pas à nous expliquer par des concepts matérialistes.

     

        Paradoxalement toutes ces réalités sont des illusions, mais cela n'enlève rien à leur qualité, c'est simplement un acte de conscience que de les appréhender de cette manière. Seule LA VIE c’est à dire L’UNITÉ EN TOUTE CHOSE est absolument Réelle car incorruptible et éternelle. Vie, Unité, Diesse, Brahma (c'est ainsi que les Hindous nomment la Divinité Absolue comme nous Dieu, Yahvé ou Allah) sont d'autres noms pour désigner l'Amour éternel et Inconditionnel.

     

        Bien! Après cette mise au point nécessaire à mon sens, la question est la suivante: comment puis-je créer mon expérience de vie de façon consciente et fidèle à mes aspirations profondes?

     

        D’abord, intégrer le fait incontournable que nous sommes les créateurs de notre propre réalité, cela va de soi, il me semble l'avoir suffisamment évoqué (article: Créatrice, Créateurs, Créatures et Créations). Ensuite, porter une attention bienveillante sur notre situation actuelle en l'acceptant totalement puisque c'est Notre création! Je fais la paix avec moi-même. -Je vous assure qu'à plus ou moins longue échéance tout est réparable, rien ne résiste à une volonté bien assise et à une grande patience!- Enfin, formuler notre intention de créer le devenir que nous désirons avec concentration et détermination, c'est à dire avec foi! En posant les actes cohérents qui attestent notre volonté de prendre la direction choisie.

     

        Cela implique que nous demandions à notre Diesse intérieure ce que nous désirons le plus au monde. Mais notre demande doit être claire et en conscience de notre état d'être. Je ne demande rien sous l'impulsion d'une émotion dite négative, c'est là que je peux faire le jeu des forces obscures qui elles aussi sont en moi. Est-ce que je souhaite prendre ce chemin suicidaire? Même si c'est pour une seule fois, souvenez-vous que ce que nous croyons faire aux autres c'est à nous que nous l'infligeons littéralement!...

     

        En réalité notre aspiration la plus authentique est ce que notre âme nous demande du fond de nos cœurs, c'est la volonté de Diesse elle-même. Notre ressenti nous éclaire! Celui-ci demande une attention fine et soutenue, il n'y a pas de lumière sans un engagement profond. On appelle cela aussi de l'alignement. D'autre part, juste après avoir pris conscience de notre constitution divine, nous pouvons éprouver un blocage à lui transmettre une demande. Dans ce cas nous pouvons la remplacer par une puissante intention, dans la conscience de 'qui je suis réellement'. La volonté est le moteur qui suit la prise de décision d'assumer son choix.

     

        Encore une fois, comme dirait Diesse Ghis (Ghislaine Lanctôt, Personocratia), c'est s'investir, consacrer du temps et de l'énergie à son âme. Pas question de faire les choses à moitié ou du bout des lèvres. Dites-vous que votre création est déjà prête dans une dimension subtile, vous n'avez plus qu'à la manifester dans la matière. En la visualisant comme en sophrologie, immergez-vous dans votre désir en le ressentant le plus intensément possible, l'imagination fait des miracles. Imaginer c'est vraiment visiter, capter un plan vibratoire, une dimension subtile de création qui, vécue de façon intense, (à plusieurs reprises si nécessaire) induit la matérialisation de nos souhaits. Ensuite laissez venir avec confiance et détachement quant aux résultats, Diesse ne s'encombre pas de doutes saboteurs.

     

    SENTONS-NOUS DIVINS ET NOUS CRÉONS ALORS CE QUE NOTRE CŒUR ESPÈRE.

    DIESSE N'ATTEND QU'UNE CHOSE: NOTRE IDENTIFICATION A LUI/ELLE.

     

        Autrement dit ce n'est pas en nous soumettant à une divinité extérieure, à un gourou ou à un chamane (avec tout mon respect envers leurs authentiques représentants) que nous allons maîtriser quoi que ce soit, cette démarche loin de nous libérer nous rendrait dépendant. Chacun fait son chemin sur la route de la réalisation de Soi, en ce qui concerne l'humain cela se fait souvent à grands détours. Cependant pour que le nôtre soit cohérent, il est indispensable que nous arrivions à une autonomie et une intégrité certaines. L'aide extérieure -comme l'intention- doit être consciente et bienveillante pour se construire. Elle doit juste se limiter à l'impulsion, à l'initiation, mais en aucun cas devenir une dépendance, cela reviendrait à un déni de Soi.

     

        La seule dépendance réelle est celle de l'Amour Divin, de soi vis à vis du SOI, à DIESSE qui est à l'intérieur de moi et non à l'extérieur. Toute autre n’est que translation, transfert, compensation, car notre âme ainsi que notre corps aspirent à rester unis à l'ÊTRE en Conscience! Ces autres dépendances envers une personne, un maître, une maison, un pays, une drogue, une habitude, un rituel, ou un Dieu extérieur sont illusoires comme Tout ce qui est extérieur.

     

    A CHAQUE INSTANT IL Y A DEUX VOIES, DEUX FORCES CRÉATRICES DUELLES:

    CELLE DE L'AMOUR, DE L’UNITÉ, DE L’INTÉGRATION, ET CELLE DE LA PEUR, DE LA SÉPARATION, DE LA DÉSINTÉGRATION.

     

        La création consciente n'est pas un jeu de quilles non plus, ou alors si nous jouons de cette façon préparons-nous à en devenir une aussi, faire sciemment du tors quelle que soit la cible (humaine, animale, végétale, minérale...) c'est littéralement se tirer une balle dans le pied! Désirez-vous devenir une âme damnée? Condamnée à payer ses dettes de souffrances? Attention à la baisse de notre taux vibratoire, à la spirale descendante... La création vraiment consciente ne se fait pas au détriment d'autrui, ni de quoi que ce soit, sinon ce n'est pas de la véritable conscience, car je sais pertinemment que je suis aussi l'autre! Ce que je lui fais, je me le fais à moi-même, les conséquences de mon geste me toucheront au moment et au lieu opportuns en 'mauvais' ou en 'bon', à moi de choisir. Nous appelons cela aussi le Karma. Plus je suis sensible et éveillé, plus le retour sera rapide. Le boomerang de l'Esprit est réglé de plus en plus serré au fur et à mesure de mon avance.

     

        Donnons-nous du temps, de la conscience et de l'Amour. Si nous n'arrivons pas à aménager notre espace et notre temps, c'est que quelque chose ne tourne pas rond dans notre vie. Pour les parents affairés je dis ceci: les enfants sont beaucoup plus autonomes et protégés par leur âme que nous ne le croyons, même les tout-petits. Pour le moins, trouvons quelqu'un de confiance autour de nous pour les prendre sous leurs ailes deux ou trois fois par semaine si nous n'avons pas de conjoint , et consacrons du temps pour nous! S’il n'y en a pas alors créons-le!!!

     

        Si la 'réussite' de nos enfants dépend de notre reniement intérieur, ce n'est pas un progrès, c'est une récession. Encore une fois cela est question de ressenti, je ne dis pas que ce soit facile, mais cela mérite d'y porter une réelle attention avant de se laisser engloutir par une situation apparemment inextricable. je suis bien placé avec mes trois enfants pour le savoir.

     

        Même chose pour les personnes qui ont un travail prenant, si la surchauffe dure plus de deux ou trois ans posons-nous des questions sur le sens de ces sacrifices! On peut même se les poser avant de commencer en se demandant si le projet professionnel est vraiment utile et épanouissant pour toutes les parties concernées. Cela vient de mon cœur ou de ma peur? Peur de manquer, de ne pas être... Est-ce que le projet sert tous les maillons de la chaîne? Si je suis réellement aligné alors ce projet doit les respecter des concepteurs aux bénéficiaires sans oublier les intermédiaires, envisager des financements sains, équitables et surtout prodiguer attentions et remerciements à Dame Nature! Cela vaut aussi pour toute activité lucrative ou non. Donc c'est une autre perspective, si toutes ses conditions sont réunies alors je peux aller de l'avant. Sinon je passe à autre chose. De toute évidence comme pour les ressources de notre planète, un stress important sur nos psychismes et nos corps ne peut durer éternellement.

     

        En résumé: priorité de l'Être sur le paraître et l'avoir. Je peux créer en conscience par mon engagement intérieur et ma conscience. C'est la situation idéale pour atteindre mes objectifs dans l'épanouissement, je ne m'attache pas aux résultats. A ma grande surprise ceux-ci peuvent être autres que ce que j'avais projeté, c'est simplement que mon âme avait besoin d'intégrer cette étape. Il se peut que l'issue non conçue d'une quête puisse être plus enrichissante que ce que nous aurions imaginé au départ. Si cela n'est pas le cas c'est que l'intention n'était pas claire et si je ne suis pas satisfait du résultat, je peux toujours remettre le couvert en me réajustant...

     

        'Les miracles se trouvent sur le chemin de mon cœur.' (Joëlle Achilée)

     

        Au sujet de la guidance intérieure, je vous propose ma version de la méthode 'priorité au principe féminin'

    (de Diesse Ghis):

    1. Le principe féminin: je me mets intérieurement en posture de réceptivité. 

        Je suis à l'écoute de mon âme, attentif à ce qu'elle me dicte ou de ce dont elle m'avertit. Si une voix, une pensée, une vision, une impulsion intérieure me demandent de causer du tort à qui que ce soit, humain, animal, même végétal ou minéral, à ce que nous nommons communément notre environnement, mais qui en fait est nous-même sous une autre forme, alors le message ne vient pas du fond de mon âme, mais de sa périphérie brouillée par une entité ou un programme parasite liés à la peur. Celui-ci peut-être purement psychologique ou artificiel comme une onde ou une puce rfid. Sauf si cet acte s'avère être la seule issue et que je me trouve en position dite de légitime défense. Si je me crée une situation tragique c'est que pour une raison ou une autre j'ai à prendre conscience de quelque chose qui me concerne directement! Même si un événement généralisé surgit comme une guerre, une invasion, une épidémie, un cataclysme. C'est parce qu’il a là un message à ma gouverne, comment me sens-je là dedans?

        Il y a deux forces antagonistes d'ordre magnétique qui créent notre vécu. La première est l'Amour, la deuxième est le non-Amour, ce qu'on appelle la peur. Autrement dit Diesse et son déni. C'est l'une des raisons fondamentales pour laquelle il est si important d'être en contact avec notre ressenti. C'est lui qui va m'informer dans laquelle de ces deux énergies basiques je me trouve.

        La peur crée d'une façon agressive, elle manifeste la fuite, le rejet, l'attaque en passant par la trahison, le déni, la paralysie, la destruction, jusqu'aux sévices en tous genres et au meurtre. Si j'obéis à cette peur c'est que je suis décentré (ne pas confondre avec la concentration). J'ai atteint la bordure, le mur, la limite de ma ligne de conduite et que je fais face non pas à un obstacle, mais à une information comme un panneau de signalisation qui m'indique que je ne prends pas la bonne direction si je décide de vivre dans l'Amour. Je dois entendre ce message, l'intégrer, reprendre les rennes de mon chariot, changer de direction et aller de l'avant. Le message de l'Esprit sain(t) via l'âme ne demande de commettre des actes de destruction que très rarement pour une cause précise et bénéfique à toutes les parties impliquées. Quand cela est le cas nous savons pertinemment que c'est un message d'amour de Soi. Quand il s'agit des forces de l'ombre, nous le savons aussi, c'est un message de peur. S’il y a un doute, il est essentiel de poser la question à notre âme ou autrement dit Diesse, notre Moi supérieur d'où viennent l'injonction et l'impulsion, la réponse arrive alors sous une forme ou une autre. Diesse est impartiale et ne délivre que des impulsions bénéfiques à toutes les parties concernées, c'est sa façon de manifester son Amour.

     

    2. Le principe masculin: je pose l'acte.

        J'obéis purement et simplement à la suggestion de mon âme en donnant la priorité au principe féminin. C'est ce qui nous maintient sur la 'voie sacrée' ou la 'blue print' comme disent les anglo-saxons. Si mon cœur me dicte d'aller à droite ou à gauche alors j'y vais. Nous agissons presque tous ainsi la plupart du temps de façon inconsciente comme pour beaucoup de choses dans notre vie. Ce n'est que pour les actes clefs, les 'décisions importantes' qui manifestement vont changer le cours de nos vies, que la question du oui ou du non, du choix, se pose de façon aiguë. Je peux être amené à prendre des risques devant un obstacle qui me paraît insurmontable parce que je n'ai qu'une vision partielle du tableau. L'Être ne stresse pas. Si je dois poser un acte qui me met hors de ma zone de confort, ou relativement en danger, c'est mon manque de confiance qui se manifeste et je dois regarder du côté de mes peurs. Je m'en occupe en les accueillant, je les regarde en conscience témoin, sans juger, dans l'amour de Moi. Ces émotions résiduelles portent souvent une information de traumatisme et nous éclaire sur notre vécu occulté, non assumé. Je me guéris de mes peurs en les conscientisant et en les transmutant (nous verrons quelques méthodes dans un prochain chapitre sur la gestion de crises). Si l'acte me paraît énorme, hors de portée, c'est que je n'ai pas conscience de mes ressources, c'est comme une peur douce de moi, une timidité. C'est encore un manque de confiance, de foi en ce que Diesse peut accomplir, nous ne sommes pas seuls à l'intérieur, je peux vous assurer qu'il y a là des équipes bien rodées à la manifestation de choses que nous croyons impossibles, de ce qui nous semble être des miracles. L'important est de mobiliser ma volonté dans le sens de ce que me dicte ma conscience, car je sais que c'est la meilleure voie pour mon accomplissement et celui de mon univers aussi. Alors je pose l'acte, si c'est trop compliqué de le poser entièrement dès le départ, alors je le fais par étape, j'avance pas à pas, il y a toujours une solution! Ainsi je fais confiance et le résultat ne se fera pas attendre.

     

    3. Le principe filial ou de fruition (Ghis le nomme le principe de l'Esprit Saint): c'est l'attitude d'accueil dans la gratitude de la manifestation de mon intégrité.

        C'est là que notre Univers se plie en quatre pour réaliser ce que nous souhaitons avec ferveur. Il suffit de lui donner le feu vert sans regrets. Cette réalisation peut prendre des formes multiples comme des synchronicités, des manifestations souvent inattendues mais toujours bénéfiques sur le long terme. C'est une amélioration de notre situation, une résolution d'un problème qui semblait insoluble, un cadeau du ciel. Elle peut être la matérialisation d'un vœu antérieur, parfois oublié, enterré, comme un rêve d'enfance. C'est en tout état de cause une étape vers la réalisation de Soi, parfois aussi une sortie de situation inconfortable inconsciente, nous le réalisons après coup. Ces manifestations peuvent être étonnantes, déroutantes, même défiantes, mais c'est toujours encore une fois pour l'épanouissement de notre rayonnement, un tour de plus dans la spirale ascendante, une accélération de notre taux vibratoire. Nous sortons alors grandi de ce genre d'expérience, empuissancé dans le bon sens du terme, une marche de plus est gravie vers notre accomplissement.

     

        Ghis dit souvent : 'Je donne carte blanche à mon âme'.

    C'est la meilleure façon d'appliquer le principe de création Divine que nous venons d'évoquer.

     

        La question du Karma sera abordée dans le chapitre sur l'effet miroir.

     

    DS