• Conscience témoin

     

    «SOIS RÉCONFORTÉ,  JE SUIS LÀ, EN TOI...

    JE L'AI ÉTÉ ET LE SERAI TOUJOURS CAR NOTRE SÉPARATION N'EST QU'ILLUSION

    MOI, LE SANS NOM, EN DEÇÀ DE TON CORPS, AU FOND DE TON ÂME, JE SUIS LUMIÈRE ÉTERNELLE.

    JE SUIS LE VRAI TOI, TON CENTRE, TON MOI PROFOND, LE SOI, L'ÊTRE, L'ESPRIT, DIESSE, AMOUR INCONDITIONNEL,

    TON PHARE, TON GUIDE, TON AMOUR, TA SUBLIME NOURRITURE, TA JOIE, TA LIBERTÉ ET TON ACCOMPLISSEMENT. »

     

     

    Apprendre à s'observer avec amour et détachement

     

        C'est l'acte de conscience et d'amour de soi premier, hautement utile et évolutif quand nous prenons la décision de rentrer à La 'Maison'. C'est allumer notre lampe intérieure. C’est ni plus ni moins le vestibule de ce que l'on appelle l'espace Divin en soi, notre véritable demeure, comme ce qui est annoncé en introduction de cette page...

     

        J'entends par Notre Maison, l'état d'Être de toute éternité où nous nous sentons réellement nous-même, en expansion, rayonnant, en totale harmonie avec notre Univers. C'est l'état d'Être Divin, uni, paradisiaque. Nous le retrouvons généralement entre deux incarnations et parfois lors de notre vie terrestre de façon fugace ou prolongée, suivant notre capacité et habileté à rester centré sur le SOI. L'état Diessique incarné étant notre aspiration naturelle en ce monde. Cet état ne devient acquis et constant que lorsque nous arrivons à une certaine maturité d'âme, de maîtrise de la matière, tout un cheminement spirituel qui pour la plupart des humains s'échelonne sur des vies entières...

     

        Bien sûr, notre libre arbitre nous donne le choix d'une autre voie, celle de la séparation du Soi, avec ses méandres ténébreux. Mais l'humanité dans sa grande majorité, après des éons d'errances, aspire à retourner non pas au bercail, mais dans sa Toute-Puissance véritable. Rassurez-vous, celle-ci n'est créatrice que de merveilles. Elle n'est pas la sensation de toute-puissance égotique momentanée, celle apportée par un sentiment de domination quelconque, de satisfactions matérielles illusoires qui peuvent durer quelques années terrestres. Ni même celle de l'âme , luciférienne ou démoniaque qui ne peut s'étendre indéfiniment elle non plus. Là, il s'agit de la Puissance intégrée de l'âme et du don de Soi dans l'Amour Inconditionnel, celle de l'ESPRIT, stable et permanente. Cette capacité créatrice fait disparaître de séparation du moi avec le SOI, elle est au service du soin de Soi, de son propre univers intérieur et par conséquent de son univers extérieur aussi, puisqu'effectivement ce dernier est le reflet du premier. La créature est une avec la créatrice de tout l'Univers. Cette notion est développée sous un autre angle dans les articles consacrés à l'effet miroir et à la création de réalités.

     

        Revenons à notre conscience témoin. Pourquoi est-elle si importante? Parce que sans elle, pas de véritable détachement, d'impartialité, d'équanimité, de véritables guérisons psychiques, de lucidité, ni même d'amour authentique possible et ce n'est pas fini. Elle nous aide aussi à nous libérer de pulsions, d'addictions, d'attachements, de réactions néfastes et surtout de toutes sortes de peurs parasites. Par conséquent, elle nous permet d'accéder au fameux bien-Être, bien au-delà du temps fugace d'un soin thérapeutique ou cosmétique, elle est une plénitude de fond dans l'amour de Soi, même si les eaux de surface parfois s'agitent encore. Ayant moins besoin d'approbations extérieures, d'attentions et d'affects, nous sommes amené à l'apaisement intérieur. Par sa fonction éclairante, elle nous apprend à relativiser toute situation à juste titre. Prendre pleinement conscience de nos affres, de notre état global, faire un bilan général, arriver à nous observer sans jugement dans l'amour de Soi, c'est déjà la moitié de la guérison. C'est au final évoluer vers la manifestation de notre Divinité.

     

        Sa mise en pratique est relativement simple. Pour une première approche, je vous invite à prendre un peu de votre temps, à vous retrouver au repos, isolé dans un endroit calme. Cela peut même se pratiquer dans votre lit avant de vous endormir ou le matin au réveil. C'est un peu comme si vous vous prépariez à entrer en méditation ou en contemplation. C'est une posture intérieure d'écoute et d'observation, d'auto-empathie. A partir du moment où je le décide, je suis réellement témoin de tout ce qui se passe dans mon champ de conscience, en me concentrant surtout à ce qui se passe en moi. Je prends une 'distance intérieure' comme si j'étais étranger non seulement à moi-même mais aussi à mes jugements et préjugés, à mes pensées et émotions, même à mes bobos physiques, aux bruits corporels et à toutes mes perceptions.

       

     

        Je suis dans le 'Je Suis' intemporel, détaché, mais autant que possible bienveillant et dans l'amour de ce que je suis ici et maintenant quoi qu'il advienne . Dans cet état, je m'observe, je note ma façon de penser sans essayer d'intervenir pour couper le fil ou autre. Il en est de même pour mes émotions, ressentis et sentiments, j'écoute. Je peux alors constater que mes pensées sont agréables ou désagréables, qu'elles engendrent de belles images ou tournent en boucle. Que j'aie une émotion ou pas, je peux même remarquer une petite douleur corporelle que je n'avais pas sentie dans mon agitation ou ma routine. Je peux porter une attention sur ma façon de respirer, mes battements cardiaques, le sang qui coule dans mes artères etc.



        Le plus difficile au début est vraiment de se détacher de soi, c'est le premier but de l'exercice. Nous sommes programmés, pour la plupart, à nous juger en bien ou en mal, à ne pas nous aimer, à nous auto-dénigrer ou à nous corriger constamment pour certains, à refouler certaines émotions et pensées etc. Cependant la distanciation avec soi-même est un jeu en vaut vraiment la chandelle. C'est sans risques et tellement oxygénant pour l'âme. Faites comme si, (et c'est peut-être réellement le cas) vous veniez d'une autre planète, complètement ignorant des us et coutumes de ce monde, doté d'une grande simplicité et de votre candeur originelle.

     

        Une autre facette de ce processus est la rencontre de nos peurs, quand je suis encore dans le jugement de valeur, dans la crainte de représailles intérieures ou extérieures, dans la crainte de rencontrer des zones d'ombres en moi, ou pis encore, dans l’incertitude de la finalité. Je vous assure que ce face à face vous conduira dans un délai plus ou moins long au centre de vous-même, de votre espace Divin d'Amour inconditionnel et une fois que vous y serez, je vous défie de le quitter sans vouloir y retourner. Généralement ce sont les vicissitudes de cette vie et nos programmations inconscientes qui nous distraient de cet état béni. Si vous êtes dans l'émotion de la peur, en souffrance, mal dans votre peau, la conscience témoin peut s'avérer difficile à mettre en place. Commencer alors par respirer profondément, la respiration est une autre clé essentielle pour l'apaisement et la guérison. Si cela ne marche pas après plusieurs essais, vous devez alors probablement passer par une aide extérieure sous forme d'écoute passive, voire de thérapie.

     

    Ce processus est un premier pas pour sortir de l'état de programmations comportementales, de tocs, d'addictions, de mauvaises habitudes dans lequel nous sommes si souvent. Nous pouvons avoir peur de l'intelligence artificielle les fameuses I.A. des robots. En réalité nous avons peur de nous-même car nous sommes leur créateur, nous jouons au démiurge sans avoir acquis suffisamment de conscience. Alors que nous portons tellement de promesses en nous! Encore faut-il se réaliser, j'avoue que cela demande un certain courage. Mais s’il y a une qualité dont l'humanité est pourvue, c'est bien celle-là. Le seul fait de s'incarner dans un corps de chair sur une planète en plein chamboulement évolutif en est un témoignage. Ce processus n'a pas débuté hier, il fait partie du fonctionnement de notre Univers en expansion depuis sa naissance il y a des milliards de nos années...

     

        La volonté peut être plus compliquée à mobiliser: prise de conscience lorsque je suis mûr et ensuite action. L'acte sans volonté n'existe pas, que cette volonté soit consciente ou non, qu'elle vienne de mon centre ou de ma périphérie. C'est elle qui va impulser la décision de changer, c'est mon envie de vivre ici et maintenant, mon amour pour Moi, qui vont la motiver réellement. La peur se situe d'avantage du côté de l'agitation, de l'apathie et du conservatisme. Quand elle est moteur, elle engendre la panique, l'agressivité, le décentrage. Les seuls cas où la peur joue son véritable rôle c'est dans l'instinct de survie et dans le réflexe de préservation, disons de réaction animale sans être péjoratif. Seulement elle peut se révéler sourde et aveugle, n'entendre que sa propre voix quand elle est combinée à des réflexes conditionnés, programmés d'une façon ou d'une autre, comme la peur de la maladie, de la mort, de la séparation, de la coercition extérieure, des autorités qu'elles soient d'ordre religieux, familial ou hiérarchique.

     

        La conscience témoin est particulièrement utile pour faire le point sur soi de tout ce qui est 'positif' ou 'négatif' en nous. Elle nous aide même à débusquer des traumas anciens refoulés. L'écoute de soi en conscience témoin est véritablement une clef de guérison. En fait elle est l'outil indispensable d'éveil et ensuite d'enracinement pour éclairer nos fonctionnements, nous aider à nous recentrer, nous concentrer. Utile aussi pour la pratique de la méditation qui est un magnifique outil de reliance, de guidance, d'accès à l'intuition clairvoyante et créative, d'auto-guérison, de nourriture subtile même.

     

        Avec la pratique assidue de la conscience témoin, nous accédons à un état d'Être au monde conscientisé et elle deviendra alors une seconde nature. Une façon de rester centré en toutes circonstances et s’il y a exception à cet état d’attention, c'est le moyen parfait pour observer ce qui nous a tant distrait ou perturbé. Une occasion de plus pour nous affiner dans le confort intérieur de la Conscience Divine, nous n'appelons plus un écart un problème, mais un cadeau évolutif.

     

        A ce propos au passage, je rappelle et partage avec vous un principe de Nelson Mandela pour aider à ne pas se laisser déstabiliser par une expérience et recentrer notre conscience. Il dit:

     

    «Je ne perds jamais. Je gagne ou j'apprends.»

     

        Est-ce-que ce beau principe est applicable lorsque je panique ou j'angoisse? Lorsque je suis pris dans l'action, totalement investi par une émotion? la réponse est oui surtout en ces circonstances mais... Cela demande une grande maîtrise du processus, pas facile voire impossible si nous ne somme pas assidu. Cela va dépendre de votre état psychologique, alourdi de traumatismes non résolus, ou libre comme l'air...

     

        Chacun a sa façon d'être et de réagir à une situation donnée, cependant comme indiquée dans notre introduction, la présence Divine, notre MOI véritable, absolu et omniprésent, ne disparaît jamais. C'est juste une question d'accès, de fréquence radio, il suffit que je trouve le bon réglage de l'aiguille sur le cadran et que j'y reste! Si cela s'avère impossible, c'est que nous avons encore des traumatismes toxiques à guérir. La maîtrise des évènements extérieurs comme nos perturbations intérieures passent par l'accueil de ce qui est, je fais face à ma propre création et ensuite je suis plus à même de prendre pleinement conscience de ce qu'il ce passe.

     

        Si je m'emporte pour une raison ou une autre, sans être connecté à ma conscience, une fois la crise passée, il est salvateur de recourir à l’introspection soutenue par la conscience témoin. La nature humaine est complexe, elle demande du discernement, surtout en ce qui concerne la guérison de phobies, de sur-réactions émotionnelles (tel la colère ou la violence chronique), de comportements addictifs. La conscience témoin est un premier pas de conscience, il arrive que nous la pratiquions instinctivement après coup. Si vous avez du mal à y accéder, bien que ce soit relativement aisé, encore une fois faites appel à une personne de confiance, nul besoin d'avoir une grande expérience pour accompagner ce processus d'auto-acceptation. Il suffit d'être dans une écoute bienveillante. En général le binôme est une aide précieuse dans ce genre de pratique en développement personnel, aussi bien pour l'apprentissage que pour le perfectionnement. Sinon il existe bien des thérapies douces, courtes et efficaces, elle restent nécessaires dans certains cas. Parfois notre chemin demande de passer par l'autre, pour diverses raisons.

     

        Finalement, le défi ultime de l'intégration de la conscience témoin, c'est d'avoir le réflexe de nous y connecter pendant l'action, c'est un art de vivre affûté. C'est aussi pour notre bonheur une ouverture à de nouvelles sensations, à plus de perceptions, de richesses intérieures, d'authenticités, à l'approfondissement de la connaissance de soi et de notre propre univers. Cela peut vraiment changer le cours des choses, nous aider à inverser les spirales infernales, à aller vers l'expansion, vers l'accomplissement de ce que nous sommes réellement. Soyons les témoins et les acteurs de l'accès à notre propre Divinité, à notre intégrité, à un profond amour de la Vie, dans la constance de notre engagement intérieur.

     

    DS