• Apocalypsis

     

         Apocalypsis (du Grec ancien apokálupsis) est la racine latine du mot apocalypse qui signifie révélation, lever le voile.

        Cette étymologie a été grandement occultée par le visage hideux et cataclysmique du "Jugement Dernier" décrit par St Jean dans sa prophétie rapportée dans le Nouveau Testament, la Bible chrétienne. Les multiples catastrophes, l'annonce du châtiment des impies accompagnée de l'émergence de la "Bête" ont tétanisé des générations de Chrétiens depuis pratiquement deux mille ans. C'est donc un abus sémantique de la culture judéo-chrétienne qui occulte le sens premier du texte. C'est tout de même aussi et surtout, au final, la révélation ultime de Dieu au monde entier! Notamment, selon ce texte, par le retour du Christ en gloire à la fin des temps! Il ne s'agirait ni plus ni moins que de l'éradication du "Mal" sur Terre. Plutôt une bonne nouvelle non?

        Certes, quelques obédiences comme les Témoins de Jéhovah ont tenté souvent maladroitement de rattraper le coup. Mais tout de même! Comment avons-nous pu laisser les dogmes anciens et ensuite les médias modernes nous endormir en nous confondant à ce point? Le ver de la peur ne se serait-il pas glissé dans la pomme de l'entendement général, avant même qu'Ève ne la croque?  En parallèle, comment une religion qui prône l'amour du prochain exhibe depuis des siècles son plus digne représentant cloué sur une croix? Et commet de surcroît des exactions en son nom?!  Notre société laïque actuelle n'a rien fait pour revoir la copie, bien au contraire, elle n'y trouverait aucun intérêt d'ailleurs. Elle continue à utiliser le terme d'apocalypse pour désigner des catastrophes qui profilent de façon sourde une fin proche et peu glorieuse. A ce propos, vu les enjeux, quelles solutions propose cette civilisation ravageuse par son consumérisme effréné embarqués par un capitalisme cynique? Sans compter la démographie galopante de l'humanité au détriment de bien d'autres espèces...

        Nos sociétés occidentales contemporaines n'ont fait qu'appuyer sur le bouton "Terreur" ou "Déni" en utilisant le mot apocalypse pour décrire une situation "'indescriptible'', leurs médias usent de ce vocable pour nourrir un sensationnalisme ambiant juteux. La laïcité a peut être le mérite d'avoir fait table rase de l'emprise du dogme religieux sur les affaires d'état, mais a institué à la place un autre dogme tout aussi puissant, celui de la  science. Si cette dernière avouait haut et fort ses faiblesses, elle ferait preuve de sincérité, ce qui est censé faire partie de ses principes fondamentaux en rendant un autre grand service à la communauté.

        Tout ceci s'applique particulièrement à la France depuis l'avènement du Siècle des Lumières qui a initié entre autres la révolution de 1789, avec soi-disant l'abolition des privilèges. Les cultures anglo-saxonnes utilisent plus volontiers le terme d'Armageddon, lui-même issu du texte de l'Apocalypse. En effet, il s'avère nettement plus juste pour signifier un événement cataclysmique puisqu'il désigne le site de la bataille finale entre le "bien" et le "mal". A propos de ces deux-là, nous sommes bien d'accord qu'ils n'ont qu'une légitimité relative. Si vous n'en êtes pas encore complètement convaincus, alors restez avec nous.

        Ceci dit, nous ne sommes pas ici pour faire le procès de qui que ce soit. Je suis convaincu que si ce n'est pas déjà fait, chacun sera rétribué à la juste mesure de ses intentions, Jugement Dernier ou pas. Donc je me contenterai de revenir simplement au sens premier du mot apocalypse, en utilisant la version latine apocalypsis comme titre de ce blog. A l'instar de celui-ci, je vous invite à regarder le sens originel des choses et par là même contribuer ainsi à lever le voile sur nos propres origines jusqu'à celles de la Vie avec un grand V. Ce qui nous conduit naturellement au Divin avec ou sans l'appui des religions et des sciences.

        Cependant la voie royale de la connaissance spirituelle reste encore celle de l'expérience mystique directe, naturelle et spontanée. Même si elle est parfois risquée, je souhaite à tout un chacun de la vivre, comme j'ai eu la chance de le faire. C'est le plus beau témoignage, dans l'existence, de vérités transcendantales et par conséquent de l'évolution vers la réalisation du Soi en soi. En attendant, le chemin proposé ici est pavé non pas de "bonnes intentions" comme dans ce paternalisme condescendant institutionnalisé que nous expérimentons depuis des millénaires (enfer bien rôdé que certains hommes assoiffés de pouvoir perpétuent), mais plutôt d'indices, de paysages nouveaux, de concepts, de témoignages, de démonstrations et de quelques pratiques éprouvées aussi.

        Encore une fois, rien de ce qui est découvert ici, ne doit être pris comme argent comptant. A chaque mot ou phrase qui vous touche d'une manière ou d'une autre, je vous invite à vous arrêter et observer ce qu'il se passe à l'intérieur.  Cela s'appelle "la conscience témoin". Elle est un outil infiniment précieux pour  explorer nos profondeurs et ainsi prendre conscience de la nature est notre réaction, pourquoi nous nous approprions une assertion, ou non. Voir si c'est vraiment la pureté de notre cœur qui s'exprime à travers notre appréciation. Ne serait-il pas teinté en périphérie d'éducation parentale, scolastique, culturelle, ou d'autres influences, comme certaines peurs? Le fardeau de ces programmations peut être conséquent surtout dans nos civilisations prétendument évoluées. L'observation de soi sans jugement, neutre, dès que notre conscience le permet, peut devenir la première étape d'une pratique thérapeutique en soi. Cela demande de la patience et de la bienveillance envers soi-même, donc du temps, surtout au début. En outre cette démarche introspective peut se trouver facilitée par l'accompagnement d'une personne de confiance et de bonne écoute. C'est une forme de discipline comme la méditation, une autre pratique de dévoilement.

        Donc commençons tout de suite par le cœur du sujet si vous le voulez bien, c'est le Graal fondateur, la pierre philosophale par quoi tout découle. Cette apocalypse fondamentale provoque souvent un séisme intérieur bien que nous soyons habité par cette vérité intemporelle au plus profond de notre Être. Depuis l'antiquité quelques philosophes panthéistes et maîtres spirituels l'ont annoncée ou s'en sont approchés, à leurs risques et périls pour certains. Elle est là, tapie au fond de nous-même et pointe parfois à la surface pour se faire refouler bien souvent. Mais il est temps maintenant d'y porter une réelle attention, de nous souvenir de qui et de ce que nous sommes réellement. C'est une question essentielle appelée par toute situation de crise. En ces « fins des temps » elle a d’immenses répercussions et nous aide à sortir de n'importe quelle impasse. Impasses que nous nous créons nous-même inconsciemment. Oui, nous nous créons notre réalité et pour cause... 

     

    Il n'y a qu'un seul Être.

        Je le redis.

     

    IL N'Y A QU'UN SEUL ÊTRE !

     

        Nous avons beau séparer, disséquer, combattre, fuir, haïr, craindre, nous illusionner avec toutes les formes et concepts en tous genres, accuser, pointer du doigt, rejeter, nier, ou au contraire aimer, adorer, affectionner, admirer tout ce que nous voulons,

     

    IL S'AGIT DE NOUS ET DE NOUS SEUL !

    TOUT EN SACHANT ET SENTANT QUE  CE "NOUS" EST ILLIMITÉ !!!

     

        Quoi que je fasse, je me le fais à moi-même, point.

        Fin de l'Histoire ?

        Bien sûr que non, puisque il n'y a ni début, ni fin dans tout cela, cela s'appelle l'Éternité, l'Absolu. Nous entendons parler souvent d'immortalité, mais qu'en est-il de l'innaissabilité ?

        Voyez-vous, ce mot n'existe même pas dans les dictionnaires de langue française.

        Cela n'a pas de sens? Bien sûr que si! Demandez donc à Dieu, Déesse, Yahvé, Allah, l'Être Suprême, la Source de toute Vie aux mille noms, ou sans nom!

        Ou bien ce nom sacré ne serait-il pas simplement une vibration?!

     

    NOUS SOMMES LUI/ELLE NOUS SOMMES TOUT, NOUS SOMMES VIBRATIONS.

    TOUT EST VIVANT, NAISSANCES ET MORTS NE SE SONT QUE PASSAGES ET TRANSFORMATIONS.

    TOUT EST NOUS, SOI OU DIESSE*. L’ÉTERNEL AMOUR ABSOLU, CRÉATEUR/CRÉATRICE DE TOUT CE QUI EST!

    LE RESTE N'EST QU'ILLUSIONS !

     

        Illusions tangibles et parfaitement efficaces certes, mais ce ne sont que des illusions. Par contre je ne prétends pas qu'il soit facile d'en prendre conscience et encore moins de s'en libérer, quoique....

        Cette assertion de base est la fondation de tout l'édifice logique des propos que je soutiens. Ce qui suit en découle d'une façon plutôt limpide même s'il reste encore des voiles à soulever. En tant qu'humain, je ne suis pas seul à faire tout le boulot, loin de là...

        Alors je vous invite à pondérer cela et si c'est bon pour vous, même partiellement, je vous laisse découvrir la suite au fil des autres articles.

     

    *Diesse, désignation équilibrée en genre du Divin ou Soi, en fusionnant le masculin Dieu et le féminin Déesse , puisque le genre neutre n'existe pas en langue française. (cf Ghislaine Lanctôt )

     

    DS